Football Leaks: le président de Bruges a fait une plus-value grâce à Meunier

© Photo News
© Photo News

Comme nous vous le relations dans Le Soir du 27 octobre, Thomas Meunier était détenu, à son insu, à 50 % par son agent Didier Frenay et à 50 % par le Club de Bruges lorsqu’il évoluait en Venise du nord. Parce que la TPO (la tierce propriété) avait été interdite par la Fifa et que la direction brugeoise avait changé, le montage avait été modifié, le Club de Bruges rachetant les 50 % appartenant à Star Factory, la société de Didier Frenay. « La direction actuelle a souhaité modifier dès le début cet accord avec Star Factory pour ne pas rester dans une situation où tous les efforts réalisés au quotidien visant à améliorer le joueur ne profitent pas au Club de Bruges », relate Bart Verhaeghe, président des Blauw en Zwart, contacté par nos soins.

Pourtant, les choses se corsent aujourd’hui puisqu’un document issu des Football Leaks nous apprend que l’opération s’est effectuée en deux temps. Le 14 décembre 2014, les parts de Didier Frenay sont rachetées… non pas par le Club de Bruges mais par Ourson, une société luxembourgeoise, créée en 2012 et appartenant à Bart Verhaeghe, qui y avait transféré 85 % des actions du Club de Bruges. Celui qui cumule sa fonction avec celle de président de l’Union belge, ce qui en fait l’homme fort de la fédération, a donc mis fin à une TPO pour en créer une autre.

L’histoire ne s’arrête pas là: Verhaeghe a fait une plus-value au détriment de son club. Notre enquête à lire sur Le Soir +

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

  3. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Les nouveaux modes de déplacement ne prennent pas assez en compte les réalités familiales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite