Accueil Société Régions Namur-Luxembourg

Les forestiers gaumais se disent dépourvus face à la peste porcine

Les exploitants forestiers Jean-Louis Bodart et Christophe Rongvaux ont des marges de travail très limitées au cœur de la zone tampon. Ils pensent que le secteur forestier n’est pas vraiment aidé pour pouvoir exploiter ce qui peut l’être, dont des bois scolytés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 4 min

Au cœur de la crise de peste porcine africaine, les forestiers se sentent oubliés, alors que l’avenir de leurs entreprises est en jeu. Jean-Louis Bodart, gérant de l’entreprise Gaume Bois de Lamorteau, tente de remuer les choses pour pouvoir exploiter des résineux scolytés dans la zone tampon, sur base de dérogations accordées par le Département Nature et Forêts (DNF). Mais rien n’est simple.

Sur les 100.000 m3 de bois qu’il traite annuellement, 30% sont situés dans les zones noyau et tampon, et donc inaccessibles. Mi-septembre, il estimait qu’il y avait 10% de scolytés. Sans doute plus aujourd’hui. Autant de m3 achetés l’an passé et en ce début d’année, pour des centaines de milliers d’euros, et qui se retrouvent quasiment sous scellés.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Namur-Luxembourg

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs