Bruxelles: 230 infractions à la zone basse émission

Bruxelles: 230 infractions à la zone basse émission

Près de 230 personnes ont été sanctionnées pour avoir enfreint les règles de zone basse émission à Bruxelles. C’est ce qui ressort des chiffres compilés par Bruxelles Fiscalité et transmis à Bruxelles Environnement, les deux administrations bruxelloises responsables de la LEZ.

Entre le 1er et le 31 octobre, en moyenne 286.000 véhicules (voitures et camionnettes) ont été « flashés » au moins une fois par jour les caméras de la LEZ ; 228 amendes ont été adressées à des automobilistes ayant pénétré sur le territoire de la Région avec un véhicule trop polluant et non-autorisé. Montant de l’amende : 350 euros. 40 % des amendes concernent des Bruxellois, 60 % sont des véhicules immatriculés en Belgique.

Diminution des infractions ?

Le message de la zone basse émission semble faire son chemin dans les esprits : alors que dans les premiers jours suivant l’entrée en vigueur des nouvelles dispositions 240 infractions étaient constatées chaque jour, ce nombre est passé à 40 par jour à la fin du mois d’octobre. Et encore : trois quarts de ces infractions sont le fait de « récidivistes » qui ne reçoivent pas de deuxième invitation à payer puisqu’on ne peut recevoir d’amende qu’une fois par trimestre.

Parallèlement à cela, 953 dérogations ont été demandées (surtout pour des ancêtres), de même que 68 laissez-passer permettant, moyennant le paiement de 35 euros, de circuler une journée à Bruxelles.

Du côté des véhicules étrangers, les services compétents ont enregistré 42.500 inscriptions en ligne ; des voitures provenant principalement des Pays-Bas, de la France et d’Allemagne. Pour rappel : une non-inscription est passible d’une amende de 150 euros. Les autorités bruxelloises devraient conclure d’ici la fin de l’année une convention avec la France et les Pays-Bas visant à supprimer l’obligation d’enregistrement pour les véhicules français et néerlandais.

Renforcement des critères d’accès

Ces chiffres montrent que la zone bruxelloise de basse émission entre en phase de rodage sur le plan technique. Il est temps : l’année prochaine, elle passera à la vitesse supérieure avec l’interdiction des véhicules diesel de norme Euro 2 et des véhicules essence sans norme Euro et de norme Euro 1.

Jusqu’à la fin de l’année, les dispositions actuelles concernent 2.300 véhicules bruxellois et 805 non-bruxellois. A partir de janvier, 17.056 véhicules bruxellois et 8.772 non-bruxellois supplémentaires seront interdits de séjour à Bruxelles. Sans doute un peu moins puisque le parc automobile se renouvelle lentement. Les propriétaires de véhicules nouvellement interdits bénéficieront eux aussi d’une période de transition de trois mois pour trouver une solution alternative. Durant cette période, les conducteurs concernés par les critères et qui circulent au sein de la LEZ ne recevront pas d’amende, mais seulement un avertissement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous