Accueil Belgique Politique

Le Sénat miné de l’intérieur, la belle hypocrisie

Réduire le Sénat à sa portion congrue, le miner de l’intérieur, puis dire qu’il ne fonctionne pas. Ou comment tuer une institution dont une partie du monde politique ne veut plus.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 2 min

Lors de la 6e réforme de l’Etat, ceux qui voulaient supprimer le Sénat affrontaient ceux qui voulaient le conserver. Alors un compromis à la belge a été trouvé : on a réduit le nombre de sénateurs et leurs compétences. Ainsi, ceux qui ne souhaitaient plus de Haute assemblée pouvaient dire qu’ils l’avaient réduite à la portion congrue, et ceux qui désiraient la maintenir pouvaient se vanter de l’avoir conservée.

Et tout le monde était content ? Bof…

Aujourd’hui d’ailleurs, plus personne ne pavoise. Mieux : ceux qui clamaient hier l’inutilité du Sénat ont beau jeu de démontrer qu’il est devenu… à peu près inutile. Après avoir, dans le chef de la N-VA certainement, mis autant de grain que possible dans ses rouages pour l’empêcher de bien fonctionner. Ou négliger les (bons) rapports d’information qu’il peut produire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 28 novembre 2018, 17:43

    La seule vraie bonne idée est de faire du Sénat une assemblée de citoyens tirés au sort. Lire ou relire d'urgence le livre de David Van Reybrouck "Contre les élections" sur la démocratie participative qui expose clairement pourquoi c'est devenu une véritable urgence démocratique (avant une explosion populiste généralisée) et surtout comment s'y prendre pratiquement. Mais ça n'est pas demain la veille, pour 2 raisons: La 1ère étant que les partis n'en veulent pas parce qu'ils abandonneraient ainsi une bonne partie de leur pouvoir absolu sur les assemblées où ils ne représentent plus qu'eux-mêmes. La 2ème étant que la Flandre nationaliste ne veut absolument pas de quoi que ce soit qui puisse à termes reconstruire la maison Belgique qu'elle s'ingénie à détruire depuis des décénies, et d'autant plus que la NVA est maintenant un parti au pouvoir. Les partis présenteront donc tous leurs "bonnes" raisons pour dire que la démocratie participative, à ce niveau, est une fausse bonne idée.

  • Posté par Albert Poullet, mercredi 28 novembre 2018, 17:00

    Pourquoi mes messages ne passent plus ? censure ?

  • Posté par Albert Poullet, mercredi 28 novembre 2018, 16:59

    Scandaleux, reveillez vous les Belges, car il n'y a que les nationalistes qui veulent dépecer l'état et ils le font bien et vite !

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs