Fonds libyens gelés: l’ex-patron de la Trésorerie sera auditionné par les députés

Marc Monbaliu viendra s’exprimer à la Chambre.
Marc Monbaliu viendra s’exprimer à la Chambre. - Belga.

Le travail de la commission des Finances de la Chambre des représentants, sur le dossier des fonds libyens gelés, va continuer.

Les parlementaires s’intéressent aux conditions dans lesquelles la Belgique (via sa Trésorerie) a autorisé dès octobre 2012 la banque Euroclear à libérer des intérêts générés par des fonds libyens, gelés sur ordre de l’ONU au moment où le régime de Mouammar Kadhafi vivait ses derniers jours. Par cet acte administratif, c’est environ 1,5 milliard d’euros qui ont disparu dans la nature, selon une estimation prudente. Une « fuite » confirmée récemment par la Libyan Investment Authority (LIA), le principal fonds souverain libyen visé par le gel et qui dispose d’actifs en Belgique.

Les députés avaient adressé des questions par courrier à Marc Monbaliu, qui était l’administrateur général de la Trésorerie en 2012. Celui qui est aujourd’hui pensionné leur a répondu rapidement : son courrier est parvenu en fin de semaine dernière aux élus (Le Soir avait analysé ce courrier ici). Ce mercredi, le sujet a été abordé en commission des Finances. Et visiblement, la réponse écrite de Marc Monbaliu ne la satisfait pas complètement.

« Insupportable légèreté »

L’opposition, en chœur, réclame une audition en bonne et due forme de l’ex-patron de la Trésorerie. La majorité ne s’y oppose pas. « J’ai lu attentivement la réponse de M. Monbaliu, déclare Georges Gilkinet, le chef de groupe Ecolo. On ne peut dire qu’elle ne nous donne pas des informations utiles. Mais elle n’est pas satisfaisante. Et elle illustre une forme d’insupportable légèreté dans la gestion, par la Trésorerie, des fonds libyens gelés. »

« Les seuls documents transmis [par M. Monbaliu] ne permettent pas de comprendre l’analyse juridique qui fonde la libération des intérêts », abonde Olivier Maingain (Défi).

L’opposition réclame également l’audition d’un certain François Dumont. A l’époque représentant de la Belgique auprès de l’Union européenne, il était aussi le relais belge au sein du groupe Relex (Groupe des conseillers pour les relations extérieures de l’UE). La question de la libération ou non des intérêts des fonds gelés a été abordée par ce groupe Relex le 20 octobre 2011, mais le compte rendu de la réunion (s’il existe) n’est pas public. François Dumont est aujourd’hui le diplomate belge en Ethiopie. « Tout est passé par le groupe Relex, constate Ahmed Laaouej (PS). Personne ne comprendrait que la commission des Finances ne poursuive pas son travail. Il nous faut aussi entendre M. Dumont. » « Je ne peux imaginer qu’une décision d’une telle importance ait été prise sous l’autorité d’un seul diplomate », conclut Dirk Van Der Maelen (SP.A).

Le président de la commission, le CD&V Eric Van Rompuy, a consenti à demander l’audition prochaine de Marc Monbaliu. Il a refusé « pour le moment » d’inviter François Dumont à la Chambre.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite