Accueil Belgique Politique

Gilets jaunes: suite à des menaces de «violences graves», Charles Michel annule une conférence à Liège

Ces menaces ont été repérées dès ce mardi, provoquant le déplacement du lieu de la conférence.

Info « Le Soir » - Chef du service Politique Temps de lecture: 2 min

Le Premier ministre, Charles Michel a annulé mercredi une conférence qu’il devait donner à l’Université de Liège, en raison de « menaces des violences graves » provenant de groupes gravitant autour des gilets jaunes.

Ces menaces ont été repérées dès ce mardi, provoquant le déplacement du lieu de la conférence du centre-ville vers le campus du Sart-Tilman. « Mais de nouveaux éléments, repérés ce mercredi sur des groupes ouverts et fermés sur Facebook ont laissé craindre des débordements majeurs, impliquant un risque de violences graves. Il aurait fallu mobiliser plusieurs centaines de policiers et du matériel de gestion de foule, alors que la police de Liège est déjà très concentrée sur le dépôt de carburant de Wandre », nous indique-t-on.

La conférence sera reportée

Le recteur de l’ULiège Pierre Wolper a informé mercredi son université de l’annulation de la conférence : « M. le Premier ministre nous prie de transmettre la communication suivante : sur base des dernières informations du Centre de crise, en concertation avec les services de police et du Premier ministre, il a été proposé de reporter en février la conférence prévue ce mercredi soir. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Ancion Eric, jeudi 29 novembre 2018, 10:15

    C'est vrai que depuis la fuite de Didier vers Uccle, la province de Liège est devenue une zone de non-droit. Au secours!

  • Posté par jean-marie dams, jeudi 29 novembre 2018, 8:28

    Il est temps de nommer et d'installer des juges efficaces pour mettre fin au laxisme actuel et tolérance zéro en cas de la première récidive quelque soit le délit !!

  • Posté par Romano Scandariato, mercredi 28 novembre 2018, 23:55

    Si je comprends bien le propos de l'article, cela signifie que le premier ministre d'une démocratie occidentale renonce à une conférence dans un auditoire universitaire de crainte qu'on ne puisse assurer sa protection, laquelle nécessiterait "plusieurs centaines de policiers.."? C'est consternant. Cela démontre à quel point M. Michel est l’otage de son propre ministre de l’intérieur, incapable d'assurer sa sécurité lors d'un banal déplacement, comment le storytelling de la NVA remplace le bon sens politique et comment M. Michel lui-même doute de sa propre légitimité pour craindre à ce point la rencontre avec ses concitoyens.

  • Posté par Constant Depièreux, mercredi 28 novembre 2018, 21:30

    Belle confiance dans l'efficacité des services dépendants du ministre de l'intérieur;-)

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une