Accueil Opinions

Et la Flandre découvrit Emmanuelle Praet…

« Mais qui connaît Emmanuelle Praet ? », s’interrogeait « De Standaard » au début de cette semaine. Toute la Flandre, en fait, sait tout désormais de la chroniqueuse de RTL et a un avis très tranché.

Editorialiste en chef Temps de lecture: 5 min

Et voilà une nouvelle francophone qui franchit le mur de la notoriété en Flandre. En quelques jours, par la grâce d’un tweet de Theo Francken – #jesoutiensemannuellepraet –, la chroniqueuse de RTL est devenue une « bekende waal ». Mardi et mercredi, la « polémiste/chroniqueuse/faiseuse d’opinion » faisait notamment la une du Morgen et du Standaard. Et voilà la Flandre qui se penche et s’épanche sur la menace qui pèserait sur la liberté d’expression au sud du pays et sur l’existence d’un monopole de la gauche dans les médias francophones qui muselleraient toute expression de droite.

Le premier constat fait au nord du pays concerne les débats à la francophone. «  Plus durs et chaotiques que chez nous », commente De Standaard. «  Une foire d’empoigne », assène, en français, Mia Doornaert, ex-journaliste et aujourd’hui chroniqueuse en Flandre, déjà invitée plusieurs fois sur le plateau de « C’est pas tous les jours dimanche ». Elle expliquait d’ailleurs à « De Afspraak » lundi sur Canvas « qu’on peut être content si on arrive à dire quelques phrases » au cours de l’échange de quelques minutes permis dans cette émission qui met cinq à six personnes en débat. Emmanuelle Praet trouve en Mia Doornaert une sorte d’âme sœur : la journaliste flamande a elle-même fait l’objet d’une polémique. Jugée trop à l’ultra droite par des culturels flamands, elle a été privée un temps de sa nomination à la présidence du Fonds des Lettres flamand.

Le second constat tiré au nord du pays vise le casting de cette émission de débat politique dominical de RTL. « Avez-vous déjà entendu parler d’Emmanuelle Praet ? », interroge De Standaard, qui s’accroche à l’animateur Christophe Deborsu, dont le nom parle à toute la Flandre. Alain Raviart ? Les Flamands le découvrent. « Un macho », assassine Mia Doornaert, qui ne pardonne pas le qualificatif de « crêpage de chignon » (en français toujours) accolé par l’ex porte-parole du CDH à un débat mené entre deux femmes ministres. « Een sacoche gevecht » traduit la journaliste pour les téléspectateurs flamands.

Si Emmanuelle Praet mérite sa mansuétude, Raviart, lui, continue à en prendre pour son grade : Mia Doornaert lui en veut visiblement d’avoir écrit sur Facebook qu’elle défendait le Vlaams Belang sur RTL alors, précise-t-elle, qu’elle ne faisait qu’expliquer des éléments de fait. « Les francophones continuent à avoir du mal à distinguer un fait d’une opinion », dira-t-elle un plus tard.

Ceci nous amène au troisième constat flamand : cela reste compliqué de se comprendre entre nord et sud. Mia Doornaert, toujours elle, ironise sur les généralisations des francophones pour qui « évidemment la Flandre est une bande de fascistes » et précise que, pour le sud du pays, une journaliste qui « ose » évoquer les coûts engendrés pour la police par les gilets jaunes est fatalement « préfasciste ».

In fine, le nord du pays juge-t-il l’opinion publique francophone massivement à gauche ? Le politologue Dave Sinardet nuance et remarque qu’on ne doit pas sous-estimer la vague conservatrice chez les auditeurs et les téléspectateurs de RTL. « Quand on lit les commentaires sur RTL online, on constate que Theo Francken a beaucoup de fans de l’autre côté de la frontière linguistique », précise-t-il dans les journaux flamands. Ajoutant que désormais, au vu des résultats des élections, le panel de chroniqueurs de RTL, avec un ex-CDH, une « MR » et un ex-PS, n’est plus représentatif et devrait compter un ou une Ecolo.

Une autre femme sur un plateau de télévision ? Dans un tout autre genre, mais avec une sorte de franc-parler également, la patronne de la SNCB, Sophie Dutordoir, était l’invitée de l’émission « Alleen Elvis blijft bestaan » samedi soir sur Canvas. Ce programme permet de découvrir une personnalité via sa sélection de neuf à dix fragments de films, d’interviews de personnalités ou de concerts. Le Festin de Babette, Annie Girardot sur Alzheimer, Don Camillo  : autant de moments commentés et qui permettaient d’en savoir plus sur cette femme qui, après avoir dirigé Electrabel et ouvert une charcuterie/snack à Overijse, a choisi de relever le défi fou de sortir les trains belges de l’ornière.

La patronne termine aussi sa période de grâce : la ponctualité revient à ses plus bas niveaux et des politiques, notamment N-VA, commencent à s’énerver : mais que fait-elle depuis son arrivée ? « J’accepte mal les critiques sur la SNCB venant du politique. Si la SNCB est ce qu’elle est, c’est la responsabilité des choix politiques du passé. Les chiens ne font pas des chats. On n’a pas dit aux gens ce qu’on attendait d’eux. » déclarait-elle samedi soir, ajoutant : « Cela doit commencer par une vision fédérale de ce qu’on veut pour la mobilité dans ce pays, couplée à une vision sur l’organisation. Asseyons-nous ensemble et décidons où nous voulons aller. »

« Elle peut quelque chose mais lui permettra-t-on de le faire ? », interrogeait le socialiste Johan Vande Lanotte lors de la nomination de Dutordoir. L’éditorialiste du Laatste Nieuws, qui rappelle l’anecdote, ajoutait en début de semaine dans un texte d’opinion : « Le gouvernement Michel n’a pas eu le courage de s’attaquer fondamentalement à la SNCB. Trop important, trop compliqué, trop cher ? Les chemins de fer valent en tout cas mieux que d’être confiés à des ministres de second rang, Galant et puis Bellot. » À l’évidence, il n’y a pas que la presse francophone qui serait critique avec la droite…

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 29 novembre 2018, 18:20

    Van Steen Willy, la semaine aura été riche pour tous les colporteurs d'un complot de dictature de gauche en Wallonie qui dirigerait même RTL! Ce qu'il ne faut pas entendre... Mme Praet a deux fois dérapé dans ses commentaires. D'une, elle a laissé entendre que la hausse des accises avait un lien avec Ecolo. Il n'en est rien. Cette hausse a été décidée par le gouvernement MR-NVA pour financer la baisse de l'IPP, c'est un choix de droite et non pas un choix environnemental. Et dès lors, Mme Praet a proféré un mensonge, ni plus ni moins. Deux, elle a outrepassé son rôle de chroniqueuse pour appeler directement à voter contre un parti qui n'a pas ses faveurs. C'est évidemment son droit de manger des écolos à tous les repas, ce n'est pas son rôle en tant que chroniqueuse d'appeler à voter pour tel parti ou d'appeler à ne pas voter pour tel parti. Si Mme Praet veut en venir là, elle ne doit pas faire semblant d'être une chroniqueuse indépendante, elle doit militer dans un parti.

  • Posté par De Clippel Francis, jeudi 29 novembre 2018, 18:08

    Je ne reviendrais pas sur le pourquoi de la liquidation de Madame Praet à RTL mais si il est exacte qu'elle aurait dépassé les limites on peut en dire autant de Michel Henrion qui se comporte comme un vassal flamandophobe du PS. La direction d'RTL serait elle donc flamandophobe ou PS.

  • Posté par Françoise Lobet, jeudi 29 novembre 2018, 15:09

    en tout cas, quels qu'ils soient, ces ''débats'' nous rendent, nous simples quidam, toujours plus indécis ....qui croire ? tous ces politiciens, avocats pour beaucoup , tiennent de beaux discours, avec des arguments assez convaincants , et pourtant s'opposent dans leur conception des ''choses à faire'' pour améliorer la situation . Hier soir encore, dans '' à votre avis'', Mr Bouchez et Mme la socialiste s'écharpaient, s'injuriaient presque ....et comme disait après cela une dame ''gilet jaune'' , on n'a même pas eu vraiment droit à la parole, nous , tant ces politiciens ont tenu le crachoir avec leurs grandes théories ....'' et nous , qu'est-ce qu'on devient dans tout cela '' ?.........

  • Posté par Remi Baeyens, jeudi 29 novembre 2018, 12:48

    Il est vrai que les débats à la VRT sont bien mieux gérés et intéressants, je les suis régulièrement. Je ne comprends pas pourquoi ces débats sur nos chaînes francophones privilégient l'affrontement et le spectacle, affligeants pour la plupart. La courtoisie est une qualité qui est respectée à la VRT, cette qualité toute française est totalement absente des chaînes francophones. Les émissions sur les sujets politiques devraient être policées et non pas des affrontements. Or c'est ce que les chaînes francophones cherchent. La politique n'est pas un affrontement entre parti (pris ?) mais bien une recherche du bien commun. S'il n'en est pas ainsi c'est que ses protagonistes ne cherchent que leur intérêt personnel. Pauvre politique!

  • Posté par Olivier Lahaye, jeudi 29 novembre 2018, 11:49

    Je viens de réécouter ce qu'a dit E. Praet avant la fameuse phrase sur les écologistes. Elle disait des choses déplaisante pour les sociétés privées de télévision. Elle disait qu'avant les gens ne s'offraient pas des abonnements à Netflix ni n'achetaient pas de GSM a 1000€ ni ne se payaient pas des vacances en avion. Elle met en cause un gilet jaune qui prend des vacances et prétend ne pas savoir payer la nourriture de ses enfants. Tout ceci remet en cause le fondement de notre société: l'argent que la pub. fait dépenser. N'est-ce pas pour cela que RTL a viré cette femme?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une