Le bureau de demain marque son territoire

Ne vous méprenez pas
: ceci est bien un espace de travail et non un intérieur privé. Le coworking n’arrête pas de transformer le bureau en Belgique et dans le monde.
Ne vous méprenez pas : ceci est bien un espace de travail et non un intérieur privé. Le coworking n’arrête pas de transformer le bureau en Belgique et dans le monde. - jeroen verrecht.

C’est la société de courtage immobilier Belsquare qui le dit : le coworking représentera cette année 13 % du volume total de la prise en occupation en Belgique. En clair, cela veut dire que sur les 625.000 m2 d’espaces de bureaux qui seront loués cette année dans l’ensemble du pays (chiffre prévisionnel vu que l’année 2018 n’est pas encore achevée), plus de 81.000 m2 le seront par des sociétés qui ne jurent plus que par les espaces de bureaux partagés. Et si le volume moyen d’espaces loués était de 1.900 m2 en 2012, il a grimpé aujourd’hui à 4.000 m2.

La palme revient à Fosbury and Sons, entreprise créée par trois Belges (Stijn Geeraets, Maarten Van Gool et Serge Hannecart) qui vient d’ouvrir son premier espace de travail à Bruxelles après une première ouverture couronnée de succès à Anvers.

Les clichés qui nous sont parvenus de cette location de 7.000 m2 à Watermael-Boitsfort mettent l’eau à la bouche. Le bâtiment est, il est vrai, emblématique. Dessiné par l’architecte belgo-polonais Constantin Brodzki et ancien siège du cimentier CBR, il s’étire sur neuf étages le long de la chaussée de La Hulpe. Même s’il date des années 70, sa façade composée de 756 modules courbes en béton avec des fenêtres ovales reste d’un grand modernisme. C’est un bâtiment qui ne vieillira jamais.

Fosbury and Sons y occupe sept des neuf étages. On peut y travailler dans une ambiance particulièrement accueillante : divans moelleux, plantes, fleurs, vases en céramique, bougies, lustres, sculpture géante, objets de décoration et même… des livres. Bref, ça fait rêver, à condition de garder la concentration nécessaire pour quand même ouvrir son ordinateur…

Les lieux comprennent des bureaux privés, individuels et collectifs, des espaces de travail communs, 15 salles de réunion, une grande salle de réception, un auditoire de 75 personnes et même deux bars et un restaurant. En tout, Fosbury and Sons peut accueillir 600 personnes et 250 entreprises différentes.

En voyant le tournant que prend le coworking, on comprend pourquoi 5 des 15 plus grosses transactions en location de l’année émanent de ce secteur appelé à se développer encore et toujours plus. Il est comme la petite bête qui monte, qui monte…

Le travail de demain a déjà commencé. Et il n’est pas près de s’arrêter.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le petit-fils de Winston Churchill, Nicholas Soame, membre du parlement britannique, lors de l’inauguration d’un buste de son grand-père aux Etats-Unis.

    Brexit: «Churchill aurait été meilleur que nous pour gérer tout ça»

  2. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  3. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite