Le bureau de demain marque son territoire

Ne vous méprenez pas
: ceci est bien un espace de travail et non un intérieur privé. Le coworking n’arrête pas de transformer le bureau en Belgique et dans le monde.
Ne vous méprenez pas : ceci est bien un espace de travail et non un intérieur privé. Le coworking n’arrête pas de transformer le bureau en Belgique et dans le monde. - jeroen verrecht.

C’est la société de courtage immobilier Belsquare qui le dit : le coworking représentera cette année 13 % du volume total de la prise en occupation en Belgique. En clair, cela veut dire que sur les 625.000 m2 d’espaces de bureaux qui seront loués cette année dans l’ensemble du pays (chiffre prévisionnel vu que l’année 2018 n’est pas encore achevée), plus de 81.000 m2 le seront par des sociétés qui ne jurent plus que par les espaces de bureaux partagés. Et si le volume moyen d’espaces loués était de 1.900 m2 en 2012, il a grimpé aujourd’hui à 4.000 m2.

La palme revient à Fosbury and Sons, entreprise créée par trois Belges (Stijn Geeraets, Maarten Van Gool et Serge Hannecart) qui vient d’ouvrir son premier espace de travail à Bruxelles après une première ouverture couronnée de succès à Anvers.

Les clichés qui nous sont parvenus de cette location de 7.000 m2 à Watermael-Boitsfort mettent l’eau à la bouche. Le bâtiment est, il est vrai, emblématique. Dessiné par l’architecte belgo-polonais Constantin Brodzki et ancien siège du cimentier CBR, il s’étire sur neuf étages le long de la chaussée de La Hulpe. Même s’il date des années 70, sa façade composée de 756 modules courbes en béton avec des fenêtres ovales reste d’un grand modernisme. C’est un bâtiment qui ne vieillira jamais.

Fosbury and Sons y occupe sept des neuf étages. On peut y travailler dans une ambiance particulièrement accueillante : divans moelleux, plantes, fleurs, vases en céramique, bougies, lustres, sculpture géante, objets de décoration et même… des livres. Bref, ça fait rêver, à condition de garder la concentration nécessaire pour quand même ouvrir son ordinateur…

Les lieux comprennent des bureaux privés, individuels et collectifs, des espaces de travail communs, 15 salles de réunion, une grande salle de réception, un auditoire de 75 personnes et même deux bars et un restaurant. En tout, Fosbury and Sons peut accueillir 600 personnes et 250 entreprises différentes.

En voyant le tournant que prend le coworking, on comprend pourquoi 5 des 15 plus grosses transactions en location de l’année émanent de ce secteur appelé à se développer encore et toujours plus. Il est comme la petite bête qui monte, qui monte…

Le travail de demain a déjà commencé. Et il n’est pas près de s’arrêter.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite