Accueil Culture Cinéma

«Bob l’éponge, c’est la Justine du Marquis de Sade!»

Le créateur du personnage fétiche, Bob l’éponge, Stephen Hillenburg, décédé mardi de sclérose latérale amyotrophique (maladie de Charcot), avait séduit tout le monde, de David Bowie à Pharrell Williams.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

En 15 ans, dix saisons et 299 épisodes, Bob l’éponge a absorbé des millions d’êtres humains. Normal, vous allez dire, pour une éponge. Sauf que, d’ordinaire, la structure poreuse de ces petites bêtes a une capacité d’absorption de… 22 fois leur masse sèche. Pfff, nul. Bob l’éponge fait tellement mieux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs