Communales 2018: la composition du collège de Molenbeek est connue

Communales 2018: la composition du collège de Molenbeek est connue

La bourgmestre de Molenbeek, Catherine Moureaux (PS), a rendu publique la composition du futur collège molenbeekois, jeudi.

La bourgmestre Catherine Moureaux gérera entre autres l’Enseignement, le Développement Territorial, la Prévention, les Seniors, les Cultes et Laïcité.

La Première échevine sera Françoise Schepmans, en charge de la Culture Francophone; de l’Etat Civil, du Tourisme et des Relations internationales.

Abdellah Achaoui (PS) héritera de la Mobilité, des Espaces verts et Plantations, de l’Energie, de l’ Environnement, et du Développement Durable;

Amet Gjanaj (PS) sera aux commandes de l’Economie et de l’Emploi, des Classes moyennes, de l’Urbanisme et du Contentieux.

Le quatrième échevin Jef Van Damme (sp.a) sera chargé des Travaux publics, des Propriétés Communales et de l’Enseignement néerlandophone.

Le Logement, la Démographie et les Crèches seront aux mains d’Olivier Mahy (MR). L’Action Sociale, le Santé, le Personnel, l’Egalité des chances, échoiront à Houria Ouberri (PS).

Khadija Zamouri (Open Vld) gérera la Cohésion Sociale, la Jeunesse, la Culture et les crèches néerlandophones, ainsi que la Propreté.

Jamel Azaoum (PS -Sports; Participation citoyenne) et Georges Van Leeckwyck(MR- Budget et Finances; Economat et Informatique) complètent l’équipe qui sera présentée en conseil communal le 5 décembre prochain.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite