Accueil Culture Livres

La nostalgie de Cuba, la chaleur de la chair

Desirée Fe est une de ces grandes amoureuses de la littérature. Et Zoé Valdés manie avec ardeur et talent la rhétorique érotique féminine.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 2 min

Sur la couverture, une très belle photo de Flor Garduño, une femme sculpturale se cache sous une immense feuille. Dans son roman, Zoé Valdés, elle, ne cache rien. Ni de sa nostalgie pour les quartiers populaires de La Havane, où elle est née en 1959, où elle a grandi, où elle a écrit ses trois premiers romans, et qu’elle a quittés après avoir publié Le néant quotidien, mal perçu par le régime, pour s’exiler à Paris, en 1995. Ni de sa détestation du régime castriste. Ni de l’éveil de sa sexualité, à ses 16 ans, des torrents du désir qui l’emportent, de la soif du plaisir de la chair.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs