Pacte migratoire: «La N-VA a changé d’avis, sans doute sous la pression du Vlaams Belang», selon Clarinval

Le MR a contesté jeudi l’interprétation qu’a donnée la N-VA au risque d’une majorité alternative pour soutenir l’approbation du Pacte des migrations des Nations unies. Par leur volte-face, ce sont les nationalistes flamands qui pourraient précipiter une crise, ont laissé entendre les libéraux francophones.

«S’il y a un problème la semaine prochaine, ce n’est pas parce qu’il y aurait une majorité alternative mais c’est parce que la N-VA a changé d’avis, a fait une reculade, sans doute sous pression du Vlaams Belang», a expliqué le chef de groupe à la Chambre, David Clarinval, en réaction aux propos tenus par son homologue de la N-VA, Peter De Roover.

«La réalité n’est pas celle que décrit M. De Roover. Il y a eu une volte-face de la N-VA. Pendant deux ans, ce texte a été négocié et jamais la N-VA n’a montré son opposition. Nous en avons les preuves, des documents en attestent. Jusqu’en septembre, quand le Premier ministre s’est exprimé devant les Nations unies, il avait l’accord des quatre partis de la majorité», a ajouté David Clarinval.

Le MR ne modifiera pas son attitude: il soutient le Pacte car il estime qu’il offre le cadre multilatéral d’une migration contrôlée. «C’est la mise en place d’un tel cadre qui permettra d’avoir une politique ferme mais humaine, comme nous le voulons», a terminé le chef de groupe.

Sur le même sujet
Pacte migratoire
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous