Un document prouve que la N-VA soutenait le pacte migratoire

©Belga
©Belga

La tension au sein du gouvernement fédéral n’a pas faibli, ce jeudi. Tout tourne autour du dossier du pacte migratoire, cet accord négocié au sein de l’Onu et qui entend baliser la coopération internationale en matière de migration.

Depuis la semaine dernière, les positions sont figées, le Premier ministre étant résolu à aller signer le pacte à Marrakech le 10 décembre et la N-VA lui enjoignant de ne pas le faire. Pour sortir de la crise, une piste aurait pu consister à faire adopter le pacte à la chambre avec une majorité alternative, le MR, le CD&V et le VLD s’alliant à l’opposition. La N-VA a exclu cette option, évoquant même, pour la première fois, une chute du gouvernement. « Une majorité alternative, ce serait mettre fin à la confiance en ce gouvernement. Et celui qui ferait cela tirerait lui-même la prise », a dit Peeter De Roover, chef de groupe N-VA. Réponse cinglante du MR : « S’il y a un problème la semaine prochaine (le 10 décembre, NDLR), ce n’est pas parce qu’il y aurait une majorité alternative mais c’est parce que la N-VA a changé d’avis, a fait une reculade, sans doute sous pression du Vlaams Belang », a indiqué le chef de groupe MR à la Chambre, David Clarinval.

Un nouveau document éclaire les discussions

Un nouveau document, entré en notre possession vient éclairer les discussions en cours. Ce document accrédite donc la thèse, soutenue par les autres partis de la majorité, selon laquelle la N-VA n’avait aucun problème avec ce pacte jusqu’à ce que l’Autriche, sous la pression de l’extrême droite, éveille en Europe les oppositions au pacte. Après cela, au Parlement et au sein du gouvernement, le parti nationaliste a fait savoir qu’il ne pouvait approuver le document en l’état, faisant fi de ce que le Premier ministre avait dit à la tribune de l’Onu.

► Toutes nos informations sur ce document et sur le changement d’avis de la N-VA qui pourrait conduire à la chute du gouvernement fédéral, six mois avant les élections.

À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Photo News.

    En vingt ans, la connaissance du néerlandais a chuté à Bruxelles

  2. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  3. Assita Kanko assure se sentir comme un poisson dans l’eau au sein de sa «
nouvelle famille politique
». © Sylvain Piraux.

    Assita Kanko: «Je serai candidate sur une liste N-VA»

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite