Les Plaisirs d’hiver sont lancés et animeront Bruxelles jusqu’au 6 janvier (photos et vidéo)

La 18e édition des Plaisirs d’hiver s’est officiellement ouverte vendredi soir à 17h45 au coeur de Bruxelles, en présence du prince Laurent et de sa famille ainsi que d’élus de la Ville, à commencer par le bourgmestre Philippe Close et l’échevine sortante de la Culture et du Tourisme Karine Lalieux. Ces festivités de fin d’année égayeront les rues du centre jusqu’au 6 janvier prochain.

L’illumination du sapin de la Grand-Place a lancé la soirée d’ouverture. Un spectacle son et lumière sur le thème des aurores boréales s’en est suivi. Il sera visible toutes les heures de 17h à 22h en semaine et toutes les demi-heures de 17h à 22h30 les week-ends.

Un cortège lumineux composé de personnages féériques à vélo - en référence au Grand départ du Tour de France depuis Bruxelles en juillet prochain - a ouvert la marche. Il s’est rendu sur la place de la Bourse, où les élus ont été accueillis par une délégation de la Finlande, pays à l’honneur de cette édition, dans la maison en bois du pays invité. Le cortège s’est ensuite arrêté devant l’église Sainte-Catherine pour regarder le mapping vidéo des artistes Oli-B et Dirty Monitor. Le prince Laurent a rejoint le groupe avec sa famille. Son épouse Claire et leurs enfants sont montés dans la grande roue. Le cortège a pris fin au dôme situé sur le piétonnier, où des expériences immersives sont programmées par la Société des Arts technologiques (SAT) de Montréal. De nombreuses activités familiales et festives y seront également organisées.

Parmi les animations prévues cette année, les Plaisirs d’hiver proposeront également des «aurores boréales» à admirer dans la cour intérieure de l’hôtel de Ville, une patinoire, des déambulations lumineuses, outre les 250 chalets proposant des produits artisanaux (ou non) et de la nourriture de différents pays. Au total, 123 rues commerçantes sont illuminées avec des décorations volumineuses.

La décentralisation initiée l’année passée s’accentue aussi avec le déplacement en roulottes du village itinérant Winter Pop, durant quatre week-ends en décembre, d’abord au square Ambiorix, puis place de la Chapelle dans les Marolles, place Peter Benoît à Neder-Over-Hembeek et enfin place Willems à Laeken.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite