WBC: Deontay Wilder, malmené par Tyson Fury, conserve son titre

AFP
AFP

Trois ans tout juste après avoir mis fin au règne de l’Ukrainien Vladimir Klitschko, alors champion WBA, WBO et IBF des lourds, Fury est passé tout près d’un nouvel exploit.

Venu défier Wilder sur ses terres, après avoir sombré dans la dépression et touché le fond à cause de ses diverses addictions, l’autoproclamé « Gipsy King », ou roi des gitans, a montré qu’il fallait encore compter sur lui.

Contre un adversaire qui avait remporté 39 de ses 40 victoires avant la limite, beaucoup promettaient à Fury au mieux une défaite expéditive, au pire une punition. Mais le Britannique qui a travaillé d’arrache-pied pour descendre à 116 kg, un poids inédit pour lui, a surpris son monde et en premier lieu Wilder.

Si l’Américain a contrôlé les premiers rounds, il n’a pas vraiment touché Fury qui s’amusait à le provoquer en lui tirant la langue et en levant les poings pour lui montrer qu’il ne lui faisait pas mal. Fury est bien allé au tapis une première fois à la 9e reprise à la suite d’un crochet du gauche de Wilder, mais il s’est rapidement relevé. C’est même à partir de ce round qu’il a commencé à prendre l’ascendant avec des coups plus précis et plus nombreux que son adversaire qui commençait, lui, à marquer le pas physiquement.

Des fervents supporters

Encouragé par un fort et bruyant contingent britannique parmi les 18.000 spectateurs du Staples Center, Fury, 30 ans, prenait le large au pointage des arbitres et observateurs. Dos au mur, Wilder trouvait un second souffle dans la 12e et dernière reprise. Il croyait même avoir fait la décision avec un violent enchaînement gauche-droite au visage de Fury, mais à la stupéfaction des spectateurs et de Wilder, Fury, compté jusqu’à neuf, s’est relevé et a fini le combat sans être mis en difficulté.

Alors que les deux boxeurs revendiquaient la victoire dans une ambiance houleuse, le verdict des juges a laissé tout le monde sur sa faim. Un juge-arbitre a donné la victoire à Wilder (115-111), un deuxième a vu Fury s’imposer (115-110) et le troisième n’a pas pu les départager (113-113).

« Avec deux knock-downs, je pense que je méritais de gagner ce combat, je pense que j’ai gagné, car j’ai contrôlé le combat, j’étais plus actif que lui », a insisté Wilder.

« Même si je suis allé au tapis deux fois, je crois que j’ai gagné ce combat, j’ai montré que j’étais un vrai champion, un vrai guerrier, un grand professionnel, personne de ma taille et de mon poids ne bouge comme moi », lui a répondu Fury.

Alors que leur dernière conférence de presse mercredi avait failli virer à la bagarre générale, les deux hommes sont tombés d’accord pour souhaiter au plus vite un deuxième combat. « Je pense que c’est un combat que les gens veulent voir », a estimé Wilder.

Ils sont aussi sur la même longueur d’onde à propos du Britannique Anthony Joshua, champion IBF, WBA et WBO des lourds, qu’ils accusent tous deux de se défiler. « Nous sommes les deux meilleurs lourds du monde, où es-tu +AJ+ la poule mouillée ? », a souri Fury en quittant le ring.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite