65.000 personnes à Bruxelles pour la marche pour le climat: «Il faut passer à la vitesse supérieure»

Quelque 65.000 personnes ont participé ce dimanche à la Marche pour le climat initiée par les organisations Climate Express et Coalition Climat à Bruxelles, indique la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles. Au même moment s’est ouverte la 24e conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP24) à Katowice, en Pologne où négociations visant à donner du souffle à l’accord de Paris sur le climat auront lieu durant deux semaines.

La journée d’action nationale pour l’environnement a débuté ce dimanche à 13h à la gare du Nord à Bruxelles et se terminera vers 17h par un spectacle climatique prévu au parc du Cinquantenaire. Plusieurs événements annexes seront par ailleurs organisés dans diverses villes belges.

Les images de la marche pour le climat à Bruxelles

«  Ce dimanche, la Coalition Climat et le Climate Express interpellent nos dirigeants belges pour une politique climatique plus ambitieuse aux niveaux mondial, européen et national », a expliqué le président de la Coalition Climat, Nicolas Van Nuffel. «  Ils réclament que le réchauffement soit limité à maximum 1,5ºC, comme le veut l’accord de Paris ». Pour les organisateurs, trop de promesses faites à Paris il y a trois ans doivent toujours être mises en pratique.

«  Depuis 2014, les émissions de CO2 augmentent à nouveau en Belgique à cause d’un manque de courage politique et de coopération. Nous devons donc passer à la vitesse supérieure. De plus en plus de personnes font entendre ce message à haute voix ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite