65.000 personnes à Bruxelles pour la marche pour le climat: «Il faut passer à la vitesse supérieure»

Quelque 65.000 personnes ont participé ce dimanche à la Marche pour le climat initiée par les organisations Climate Express et Coalition Climat à Bruxelles, indique la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles. Au même moment s’est ouverte la 24e conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP24) à Katowice, en Pologne où négociations visant à donner du souffle à l’accord de Paris sur le climat auront lieu durant deux semaines.

La journée d’action nationale pour l’environnement a débuté ce dimanche à 13h à la gare du Nord à Bruxelles et se terminera vers 17h par un spectacle climatique prévu au parc du Cinquantenaire. Plusieurs événements annexes seront par ailleurs organisés dans diverses villes belges.

Les images de la marche pour le climat à Bruxelles

«  Ce dimanche, la Coalition Climat et le Climate Express interpellent nos dirigeants belges pour une politique climatique plus ambitieuse aux niveaux mondial, européen et national », a expliqué le président de la Coalition Climat, Nicolas Van Nuffel. «  Ils réclament que le réchauffement soit limité à maximum 1,5ºC, comme le veut l’accord de Paris ». Pour les organisateurs, trop de promesses faites à Paris il y a trois ans doivent toujours être mises en pratique.

«  Depuis 2014, les émissions de CO2 augmentent à nouveau en Belgique à cause d’un manque de courage politique et de coopération. Nous devons donc passer à la vitesse supérieure. De plus en plus de personnes font entendre ce message à haute voix ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si les gilets jaunes ne se satisfont pas des décisions annoncées par Emmanuel Macron lundi soir, ils repartiront à l’assaut en étant convaincus qu’ils incarnent la volonté générale.

    Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

  2. belgaimage-142946510-full

    Carte blanche: face à la crise gouvernementale, un indispensable vote de confiance

  3. Angela Merkel (à dr.) l’a répété mardi à Theresa May, en visite à Berlin
: il n’y a «
pas de possibilité
» de changer l’accord sur le Brexit.

    Brexit: pourquoi la mini-tournée de Theresa May est totalement vaine

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: y en a encore, je vous en remets?

    La crise politique belge n’en finit plus de continuer, elle est incompréhensible, surréaliste et dangereuse. Ce n’est pas que les citoyens soient en colère, c’est peut-être pire : ils ont décroché, ils ne suivent plus. Ils laissent le paquebot des « gouvernement, demi-gouvernement, gouvernement minoritaire, gouvernement en affaires courantes, gouvernement suédois, gouvernement orange bleue, gouvernement légitime, gouvernement non démocratique… » voguer dans ce monde désormais parallèle, cette bulle qui s’appelle la « ...

    Lire la suite