Accueil Belgique

Le déplacement très polluant de Marghem à la COP24

La ministre fédérale du Climat fait un aller-retour en avion alors qu'elle ne prend pas la parole à l’ouverture du sommet.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Contrairement à une quarantaine de pays du monde, la Belgique ne sera pas représentée, lundi, par son chef de gouvernement à l’ouverture du sommet mondial sur le climat à Katowice, la COP24. Samedi soir, douze pays européens dont les Pays-Bas (Mark Rutte, Premier ministre) et l’Espagne (Pedro Sánchez, président du gouvernement), étaient inscrits sur la liste des orateurs. Le Premier ministre français Edouard Philippe, qui devait intervenir, a annulé sa visite pour cause de gilets jaunes. En raison de « soucis d’agenda », le Premier ministre belge Charles Michel (MR) a quant à lui demandé à la ministre fédérale du Climat, Marie-Christine Marghem (MR), de représenter notre pays en Pologne.

Le hic, c’est que seuls les chefs d’Etat ou de gouvernement s’exprimeront à la tribune lors de ce « high segment ». La ministre belge ne prendra donc pas la parole. Le déplacement est « purement protocolaire », confirme-t-on de source gouvernementale. Il se fera avec un avion militaire de type Embraer ERJ-135. Départ le matin, retour en milieu d’après-midi afin de permettre à la ministre de prêter le serment de conseillère communale dans sa ville de Tournai.

Selon les estimations d’un bureau spécialisé (greentripper.org), les émissions de CO2 associées à un voyage aller-retour en avion privé du type Embraer de notre Force aérienne se situent entre 20 et 26 tonnes. Vingt tonnes, cela représente « le bilan CO2 de 110.000 km en voiture moyenne et quatre années de chauffage d’un ménage moyen », indique un expert. La facture climatique totale du voyage est à partager entre le nombre de personnes présentes dans l’avion.

Estimant qu’« il n’y a rien à justifier », le porte-parole de la ministre a indiqué que celle-ci se déplaçait « à la demande du Premier Charles Michel » et qu’il s’agit « du même vol » que ce dernier « devait prendre ». Pas dit que nos éminences n’aient pas fait auparavant d’autres déplacements contestables, mais des esprits chagrins pourraient voir dans celui-ci quelque chose d’un peu singulier…

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une