Accueil Monde France

En pleine crise des gilets jaunes, Macron mise encore sur la concertation

Le Premier ministre est sommé de nouer le dialogue avec l’opposition et les gilets jaunes qui le souhaitent. Mais quelle issue après le chaos ? Certains réclament la dissolution de l’Assemblée.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Depuis Paris

De notre envoyée permanente

Une demande faite au Premier ministre Édouard Philippe de recevoir tous les chefs de parti et les gilets jaunes qui le voudront. Une injonction adressée au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner de mener une réflexion sur «  l’adaptation éventuelle  » du dispositif de maintien de l’ordre. Et une image, postée sur Twitter, alors qu’il saluait les représentants des forces de l’ordre, dimanche, dans le quartier de la place de l’Étoile, avec ce message : « Merci ».

C’est la seule réponse d’Emmanuel Macron au chaos. Il n’y aura même pas eu d’allocution solennelle du chef de l’État à la nation.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Deckers Björn, lundi 3 décembre 2018, 15:32

    Il fallait s'y attendre. Le cynisme invraisemblable de la présidence Macron rendait cette issue fatale. Le monde n'en peut plus de l'injustice et je préfère encore largement quand elle se manifeste du juste à Paris sous la forme des gilets jaunes et de leur violence que dans le secret honteux des urnes sous la forme morbide des Salvini, Kurtz, Orban, De Winter,... . François Ruffin a raison de faire remarquer qu'il est aisé de s'émouvoir de la violence des gilets jaunes et de fermer en même temps (pour reprendre une macronerie!) les yeux sur la violence d'une France qui compte désormais 9 millions de pauvre! Et cela alors que le pouvoir macronien n'ébauche pas le début du quart de la moitié d'un plan de lutte contre l'immensité de la fraude-évasion fiscale, et qu'il trouve juste moyen d'aggraver encore le fossé social et fiscal qui sépare la France d'en bas qui n'en peut plus et celle qui s'étouffe dans le caviar. Merci aux gilets jaunes de démontrer que l'issue du cynisme mondialiste ne réside pas dans le trumpo-lepénisme! Macron n'a été élu que sur un malentendu, un accident, la France reste de braise et si elle n'est pas prête à se donner à Le Pen, elle n'est plus prête à se laisser tondre.

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs