Accueil Société

Les marcheurs pour le climat surprennent et interpellent les politiques

« Assez de paroles, il faut des actes », ont réclamé dimanche de 65 à 75.000 personnes qui ont défilé dans le calme à Bruxelles pour réclamer une politique climatique ambitieuse en Belgique. Une grande détermination face à une urgence absolue.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

O n écrit l’histoire ! Qui aurait cru ça ? » Il est un peu passé 16 h, dimanche, lorsque les vagues humaines successives viennent s’échouer sous les arches du Cinquantenaire à Bruxelles. Electrisés, les organisateurs de la marche pour le climat n’en croient eux-mêmes pas leurs yeux. Septante-cinq mille personnes (65.000 selon la police) dont 5.000 cyclistes ont défilé pendant quatre heures dans les rues de la capitale. Nul incident, nulle dégradation. Mais une volonté farouche, des messages forts, des revendications directes réclamant une politique climatique plus ambitieuse au niveau belge et européen.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Petitjean Marie-rose, lundi 3 décembre 2018, 16:58

    André, j'ai aussi participé à la marche et je suis bien incapable de dire quelles étaient les "croyances" des personnes présentes, aucune d'entre elles ne les affichant. C'est très décevant de voir que l'on peut profiter d'une telle manifestation pour réintroduire le venin de la stigmatisation.

  • Posté par Tourneur André, lundi 3 décembre 2018, 16:10

    Fier d'avoir participé à cette manifestation où toutes les couches de la société et de toutes les tendances et croyances étaient présentes ... sauf une (et pourtant j'ai bien cherché) qui pourtant se fait bien entendre lorsqu'elle se veut "être respectée", valoir ses droits... Et après, qui parle de discrimination, de rejet à l'intégration?

  • Posté par Petitjean Marie-rose, lundi 3 décembre 2018, 12:43

    Simon, "avec armes et bagages" signifie "avec tout ce dont on a besoin".

  • Posté par Paul Wilmet, lundi 3 décembre 2018, 12:06

    Gérer un agenda, c'est fixer des priorités ... On voit quelles sont celles de Charles !

  • Posté par Hennaux Jean, lundi 3 décembre 2018, 8:29

    De quoi réveiller nos journalistes et nos politiciens! Retenons aussi le calme, la détermination qui habitent ces manifestants et quelles sont leurs préoccupations prioritaires.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs