Albert Frère, l’homme d’affaires qui valait 5 milliards, est décédé

Albert Frère, président d’honneur du Groupe Bruxelles Lambert (GBL), est décédé lundi à l’âge de 92 ans, a annoncé le Groupe dans un communiqué.

«Pendant plus de trois décennies, sous son impulsion, GBL est devenue une des plus grandes holdings d’Europe. Ses qualités professionnelles et humaines ont profondément marqué notre groupe», a commenté GBL.

Les funérailles d’Albert Frère se dérouleront «dans la plus stricte intimité familiale, selon les souhaits du défunt».

Le ferrailleur devenu redoutable homme d’affaires

Né le 4 février 1926 à Fontaine-l'Evêque, Albert Frère a construit GBL à partir de rien, ou presque. Quelques clous. Son père était en effet un vendeur de clous dans la région de Charleroi.

Et c’est en développant ce sens du commerce que tout a commencé. Albert Frère développe ses activités dans la sidérurgie, et le petit ferrailleur se transforme vite en redoutable homme d’affaires. Alors qu’il a la main-mise sur la sidérurgie du Hainaut, il s’offre le liégeois Cockerill pour créer Cockerill-Sambre… avant de revendre l’ensemble de son parc industriel à l’Etat belge. C’est avec les fonds récoltés lors de cette opération qu’il entrera dans le capital du Groupe Bruxelles Lambert en 1982.

► La carrière d’Albert Frère en images

L’homme d’affaires a eu trois enfants, Gérald, issu d’un premier mariage, Ségolène et Charles-Albert, issus de secondes noces. Ce dernier, mort prématurément dans un accident de voiture en 1999, a donné son nom à un fonds dont l’objectif est de venir en aide à toutes personnes atteintes d’un handicap physique, mental ou social, et à toutes personnes ou familles victimes de la pauvreté.

Selon le magazine américain Forbes, Albert Frère était la 281e fortune mondiale avec un patrimoine estimé à 5,8 milliards de dollars.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite