Albert Frère, l’homme d’affaires qui valait 5 milliards, est décédé

Albert Frère, président d’honneur du Groupe Bruxelles Lambert (GBL), est décédé lundi à l’âge de 92 ans, a annoncé le Groupe dans un communiqué.

«Pendant plus de trois décennies, sous son impulsion, GBL est devenue une des plus grandes holdings d’Europe. Ses qualités professionnelles et humaines ont profondément marqué notre groupe», a commenté GBL.

Les funérailles d’Albert Frère se dérouleront «dans la plus stricte intimité familiale, selon les souhaits du défunt».

Le ferrailleur devenu redoutable homme d’affaires

Né le 4 février 1926 à Fontaine-l'Evêque, Albert Frère a construit GBL à partir de rien, ou presque. Quelques clous. Son père était en effet un vendeur de clous dans la région de Charleroi.

Et c’est en développant ce sens du commerce que tout a commencé. Albert Frère développe ses activités dans la sidérurgie, et le petit ferrailleur se transforme vite en redoutable homme d’affaires. Alors qu’il a la main-mise sur la sidérurgie du Hainaut, il s’offre le liégeois Cockerill pour créer Cockerill-Sambre… avant de revendre l’ensemble de son parc industriel à l’Etat belge. C’est avec les fonds récoltés lors de cette opération qu’il entrera dans le capital du Groupe Bruxelles Lambert en 1982.

► La carrière d’Albert Frère en images

L’homme d’affaires a eu trois enfants, Gérald, issu d’un premier mariage, Ségolène et Charles-Albert, issus de secondes noces. Ce dernier, mort prématurément dans un accident de voiture en 1999, a donné son nom à un fonds dont l’objectif est de venir en aide à toutes personnes atteintes d’un handicap physique, mental ou social, et à toutes personnes ou familles victimes de la pauvreté.

Selon le magazine américain Forbes, Albert Frère était la 281e fortune mondiale avec un patrimoine estimé à 5,8 milliards de dollars.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si les gilets jaunes ne se satisfont pas des décisions annoncées par Emmanuel Macron lundi soir, ils repartiront à l’assaut en étant convaincus qu’ils incarnent la volonté générale.

    Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

  2. belgaimage-142946510-full

    Carte blanche: face à la crise gouvernementale, un indispensable vote de confiance

  3. Angela Merkel (à dr.) l’a répété mardi à Theresa May, en visite à Berlin
: il n’y a «
pas de possibilité
» de changer l’accord sur le Brexit.

    Brexit: pourquoi la mini-tournée de Theresa May est totalement vaine

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: y en a encore, je vous en remets?

    La crise politique belge n’en finit plus de continuer, elle est incompréhensible, surréaliste et dangereuse. Ce n’est pas que les citoyens soient en colère, c’est peut-être pire : ils ont décroché, ils ne suivent plus. Ils laissent le paquebot des « gouvernement, demi-gouvernement, gouvernement minoritaire, gouvernement en affaires courantes, gouvernement suédois, gouvernement orange bleue, gouvernement légitime, gouvernement non démocratique… » voguer dans ce monde désormais parallèle, cette bulle qui s’appelle la « ...

    Lire la suite