Accueil Belgique Politique

Pacte migratoire: Bart De Wever met une pression supplémentaire sur les épaules du Premier ministre

la N-VA a confirmé son rejet du pacte migratoire, mais aussi son refus d’une note interprétative qui serait jointe au pacte. Un kern se réunit ce lundi.

Temps de lecture: 2 min

«U n gouvernement qui va à Marrakech est un gouvernement que nous ne soutenons pas», a asséné lundi le président de la N-VA Bart De Wever à l’issue d’un bureau de son parti, ajoutant une pression supplémentaire sur les épaules du Premier ministre Charles Michel qui cherche une solution sur le pacte de l’ONU sur les migrations.

Ce texte doit être approuvé les 10 et 11 décembre prochain lors d’un sommet à Marrakech, au cours duquel Charles Michel a assuré que la Belgique approuverait le pacte.

Lors de son bureau, la N-VA a confirmé son rejet du pacte migratoire, mais aussi son refus d’une note interprétative qui serait jointe au pacte, piste envisagée par le MR, le CD&V et l’Open VLD pour sortir de l’impasse qui menace la stabilité du gouvernement. Pour autant, la N-VA ne veut pas que le gouvernement tombe, assure De Wever.

Il demande que l’on continue à rechercher des solutions au sein de l’équipe Michel. «On n’a pas encore discuté sérieusement de ce pacte au sein du gouvernement», selon lui.

Charles Michel appelle au calme

« Nous sommes en train de travailler au sein du gouvernement. C’est un sujet difficile, je l’ai expliqué au parlement. J’ai expliqué aussi quel a été l’ensemble du processus sur le plan international et sur le plan belge, et nous allons dans les prochaines heures, dans les prochains jours poursuivre le travail au sein du gouvernement », a indiqué, de son côté, Charles Michel. « Il y aura d’ailleurs des auditions au parlement demain, ce qui permettra certainement aussi à chacun de se forger une opinion sur le contenu de ce pacte », a-t-il jugé.

De son coté, Alexander De Croo a, lui, mis la pression sur la N-VA : « Si l’on ne recherche pas de solution, il faut le dire maintenant ».

Un kern était en cours, ce lundi.

L’ONU écrit à la Belgique: «Le pacte migratoire n’est pas contraignant»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

49 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, lundi 3 décembre 2018, 16:38

    Paul Van Obberghen, votre raisonnement fait l'impasse sur une évolution majeure du paysage politique belge. Aujourd'hui, ce ne sont plus seulement les francophones qui refusent une nouvelle réforme de l'état et certainement le "confédéralisme" (encore que celui-ci ne veut rien dire en Belgique), mais aussi les partis traditionnels flamands. Les PVDA, SP.A, Groen, CD&V et VLD ne veulent pas du confédéralisme et ne font pas de la réforme de l'Etat une priorité pour 2019. Au-delà du fait que votre raisonnement est un peu court sur le PS; Tant bien même celui-ci accepterait il le "confédéralisme" contre une participation gouvernementale (à prouver), il devrait s'appuyer sur d'autres partenaires francophones. Le confédéralisme est bien dans les projets de la NVA, mais il n'y aura pas de partenaires pour aller jusque là en 2019, pas en Wallonie mais pas non plus en Flandre. La réalité est ailleurs, Bart de Wever ne cherche pas à affaiblir le MR, il se fiche du MR. Et si cela oblige le parti à gouverner avec le PS en 2019, il faut d'abord pour cela que la NVA sauve ses propres plumes. Car vous l'avez peut-être oublié, la NVA a senti passer le vent du boulet VB le 14 octobre dernier. En bref, la menace confédéraliste est surtout le dernier et pâle argument du MR contre un retour du PS, rien de plus.

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 3 décembre 2018, 16:24

    Le gouvernement ne tombera pas. Le 1er ministre va trouver une solution du genre : "Nous approuvons le pacte, mais ne pouvons pas le signer... maintenant" et dira qu'il demande une renégotiation (qu'il n'obtiendra pas). De toutes manières, il est trop tard pour Charles Michel pour sauver son honneur. Quoi qu'il arrive, il restera comme le 1er ministre marionnette de la NVA. Même si ça n'est pas forcément tout-à-fait le cas, ça l'est suffisement pour que cette image lui colle à la peau, et qui coutera très cher au MR en mai prochain (ça, la gestion désastreuse de son ministère par MCN, l'achat des F35, et la toujours absence de solution quant au survol de Bruxelles). Quoi qu'il fasse maintenant, il n'y aura pas de gouvernement Michel 2. Je pense que c'était même parfaitement planifié par la NVA dès le départ: amener le MR seul dans un gouvernement pour ensuite lui faire mener une politique très à droite, assez que pour dégoûter les électeurs de centre-droite du MR, et redonner des couleurs au PS. Le but étant de démontrer que la Belgique est ingouvernable avec des francophones très à gauche et laxistes, et des flamands très à droite. Pour cela, il faut que le MR recule et que tous les partis de gauche progressent. Ainsi, après les élections, la NVA aura beau jeu de demander le confédéralisme et de l'obtenir avec le support du PS qui sera preneur si cela lui permet de revenir au pouvoir. Que le gouvernement tombe maintenant ou qu'il aille au boût, c'est déjà foutu.

  • Posté par Deckers Björn, lundi 3 décembre 2018, 15:54

    Le plus logique serait de déposer le texte à la Chambre où une très nette majorité de députés pourront sortir le pays de l'ornière et respecter l'engagement de septembre à la tribune de l'ONU. On ne peut plus compter sur la NVA. A six mois des élections, ce parti est devenu une poule sans tête qui court après les électeurs partis au VB. La NVA dévoile son vrai visage, non pas celui d'un grand parti populaire, mais celui d'un parti démago incapable de gérer le pouvoir!

  • Posté par Deckers Björn, lundi 3 décembre 2018, 15:49

    Une fois de plus la NVA se montre intraitable dans son fonctionnement. Peut-on rappeler que si la NVA est devenue en 2014 et nettement le premier parti de Belgique, elle ne pèse que 33 sièges sur 150 et qu'elle n'est donc pas seule à décider. La NVA refuse le pacte après l'avoir accepté, elle refuse même avec une note interprétative et elle refuse encore qu'une majorité alternative puisse solutionner le problème en lui permettant de continuer à se draper dans son costume de copie propre sur elle du VB. Non, non et toujours non, trois fois non! Une fois de plus, la NVA refuse en bloc toutes les solutions sans en apporter elle même aucune sinon ridiculiser la Belgique qui devrait avoir dit oui à la tribune de l'ONU en septembre pour dire non à Marrakech en décembre... sur le même texte! Est-ce qu'enfin Charles Michel tiendra bon sur un seul dossier? Ce n'est même plus la question. Le MR ne se sent obliger de tenir bon non pas sur le fond du dossier, pas même sur la position de la Belgique qui en serait fragilisée, mais bien sur le fait que le MR a reçu une claque le 14 octobre dernier et que les pontes bleu tremblent à l'idée que cela se transforme en pied ou je pense en mai prochain! Vivement mai prochain!

  • Posté par Henri Pollet, lundi 3 décembre 2018, 15:37

    Perso. d'accord avec lui

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une