«Un entrepreneur visionnaire», «une perte pour l’économie»…: les réactions au décès d’Albert Frère

«Un entrepreneur visionnaire», «une perte pour l’économie»…: les réactions au décès d’Albert Frère

Albert Frère, président d’honneur du Groupe Bruxelles Lambert (GBL), est décédé lundi à l’âge de 92 ans, a annoncé le Groupe dans un communiqué.

Les réactions.

« Pendant plus de trois décennies, sous son impulsion, GBL est devenue une des plus grandes holdings d’Europe. Ses qualités professionnelles et humaines ont profondément marqué notre groupe », a commenté GBL.

Etienne Davignon, qui a souvent eu affaire à Albert Frère, a regretté « une personnalité extrêmement importante pour l’économie de ce pays ». « C’est une personne qui appartenait à la même génération que moi ; notre rencontre remonte aux années 70, autour de la crise sidérurgique en Belgique. C’est évidemment une perte ».

« Par son nom, on a parlé souvent de Gerpinnes dans les médias, c’est quand même une image de marque », a commenté Philippe Busine, le bourgmestre de Gerpinnes, commune où Albert Frère résidait. « C’était un homme discret mais, je pense, attaché à la commune. Il fait travailler des gens de la Région ».,

« Très ému d’apprendre qu’Albert Frère s’en est allé », a tweeté le patron de Total. « Je souhaite rendre hommage à l’entrepreneur visionnaire qui aimait son pays la Belgique et à qui le Total d’aujourd’hui doit tant. Au nom de Total, j’adresse à sa famille et ses collaborateurs mes pensées les plus affectueuses ».

Le groupe M6, filiale du géant allemand Bertelsmann, dont Albert Frère avait présidé le conseil de surveillance (2003-2015), a fait part de sa « tristesse », tout comme Bernard Arnault, PDG de LVMH, qui s’est souvenu de ses « 35 ans d’amitié fidèle » avec le milliardaire belge.

Les funérailles d’Albert Frère se dérouleront « dans la plus stricte intimité familiale, selon les souhaits du défunt ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

Chroniques
  • Élections 2019: Jan Jambon, le vegan patron boucher

    Jan Jambon, Premier ministre ? Mais c’est comme si on mettait un vegan à la tête d’une boucherie ! » Et voilà donc ce que twittait ce lundi un facétieux, suite à l’interview au Nieuwsblad où Jan Jambon annonçait sa détermination à devenir Premier ministre de la Belgique. L’idée avait bien été déjà balancée il y a quelques semaines en marge de l’annonce par Bart De Wever de sa candidature comme ministre-président de la Flandre. Le président de la N-VA avait alors poussé l’un de ses meilleurs ex-soldats au fédéral à faire un coming out : « Mais dis-le que tu es candidat à devenir Premier ministre ». Jan Jambon, un peu gêné, avait pouffé puis confirmé, tout le monde avait ri et on était passé à autre chose.

    Mais voilà, c’est de retour ! Et cette fois, de...

    Lire la suite

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite