Accueil Société

Grève au dépôt d’Anderlecht des Petits Riens: la prime de fin d’année revue à la hausse

Les travailleurs de l’usine et de la distribution se sont mis en grève car la direction a annoncé qu’elle ne payera que 50% de leur 13e mois.

Temps de lecture: 2 min

En réaction à la grève initiée au dépôt d’Anderlecht, une proposition qui satisfait les représentants syndicaux comme la direction de l’ASBL Les Petits Riens a été trouvée lundi en fin de journée à l’issue des négociations, a indiqué peu après 18H00 Odile Dayez, directrice de la communication pour l’association. Elle sera présentée mardi matin au personnel, qui devra se prononcer sur la reprise du travail.

Les travailleurs de l’usine et de la distribution se sont mis en grève car la direction a annoncé qu’elle ne payera que près de 50% de leur 13e mois. Ils réclament le versement de l’entièreté de cette prime de fin d’année et demandent par ailleurs de meilleures conditions de travail ainsi qu’une réduction de la charge de travail.

La partie variable de la prime ne sera pas payée, mais la part fixe de celle-ci a été augmentée d’environ 45% du 13e mois à 75%. Quant aux conditions et à la charge de travail, la direction reviendra dans le mois vers les représentants syndicaux avec des propositions.

«On a investi dans ce grand centre de tri en 2015 pour changer d’échelle et on savait bien que les investissements allaient nous faire plonger quelques années», explique Odile Dayez. «On pensait rattraper le retard en 2018, mais on ne sera sûrement en positif qu’en 2019. En cause, ce sont les externalités comme le fait qu’on exporte une partie de ce qu’on collecte et ces exports ne nous ont pas fait gagner autant que prévu. On n’a donc pas remonté la pente aussi vite que prévu». Elle ajoute que la direction a été surprise par ce mouvement de grève car les syndicats avaient été mis au courant dès le début de l’année 2018 des projections négatives en lien avec ce développement de l’entreprise. «On savait qu’on ne pourrait pas payer la partie variable de cette prime, qui a toujours dépendu des résultats de l’association, et on a donné ce message tout au long de l’année aux syndicats. Vendredi, on a pu vraiment faire l’extrapolation. (...) On se rend bien compte que les ouvriers, comme énormément de Belges aujourd’hui, ont du mal à joindre les deux bouts. Mais, grâce à la suppression de cette prime variable, on ne fait aucun plan de restructuration, on ne licencie personne...»

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Rousseau Jean-pierre , lundi 3 décembre 2018, 18:47

    Une asbl? Combien gagne le patron et combien gagnent les prolos qui travaillent dans l'entreprise? Une entreprise commerciale qui exploite ses travailleurs?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko