Accueil Économie Entreprises

Albert Frère, l’homme qui voulait surtout faire des affaires

Nombreux sont ceux qui auraient voulu voir en Albert Frère le sauveur des fleurons nationaux dont il a pris le contrôle. De Cockerill Sambre à Petrofina en passant par la BBL et la Royale belge, entre autres, Albert Frère a pourtant tout revendu. Retour sur un immense malentendu.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 6 min

P romettez-moi que ce monsieur n’entrera jamais à notre conseil », c’est la demande pressante faite en 1981 par Adolphe Demeure de Lespaul, patron de Petrofina, la compagnie pétrolière belge star de la bourse, quinzième pétrolier mondial, qui surclassait ses concurrents français, dont Total ! Dans la Belgique d’alors, tout épargnant avait de la Pétro dans son bas de laine. Cette reine de l’industrie, Frère l’avait désirée comme peut-être aucune autre société.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Castille Georges, mardi 4 décembre 2018, 10:03

    Et maintenant, des héritiers ! Et bien sûr, pour les pouvoirs publics, des droits de succession. Ils sont de 30 % pour une fortune de cette importance. Curieux, très curieux de savoir si ces pouvoirs publics toucheront la moindre somme. On parlera bientôt de Frèrepapers ou d'Albertleaks. On parie ?

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs