Gilets jaunes à Paris: 73 suspects présentés en comparution immédiate lundi

Gilets jaunes à Paris: 73 suspects présentés en comparution immédiate lundi

Deux jours après les violences à Paris dans le sillage des «gilets jaunes», place aux suites judiciaires: 73 suspects ont été renvoyés lundi devant le tribunal correctionnel de Paris en vue de leur procès en comparution immédiate, selon un nouveau bilan du parquet de Paris.

Au total depuis dimanche, 163 personnes majeures ont été déférées au parquet de Paris pour d’éventuelles suites judiciaires, et 50 autres doivent à leur tour être présentées à la justice dans la soirée, précise le parquet.

Parmi les 163 suspects déjà déférés, 73 ont été renvoyés devant le tribunal pour y être jugés en comparution immédiate. Plusieurs prévenus ont obtenu le renvoi de leur procès à une date ultérieure, d’autres ont été relaxés ou condamnés à des peines allant jusqu’à de la prison ferme. Les audiences vont se poursuivre mardi.

Au total, ce week-end, les violences ont donné lieu à 370 gardes à vue, dont 34 pour des mineurs, selon un nouveau bilan communiqué dans la soirée par le parquet.

Pour les majeurs, 122 d’entre eux - soit le tiers des procédures - ont été remis en liberté sans être poursuivis.

Sur le plan des poursuites pénales, outre les comparutions immédiates, 11 majeurs font l’objet d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), le «plaider-coupable» à la française, tandis que 17 autres ont été placés sous contrôle judiciaire en attendant leur procès prévu à une date ultérieure. Enfin, 62 personnes se sont vu notifier un rappel à la loi, une mesure alternative au procès.

412 personnes interpellées

Concernant les 34 mineurs mis en cause, 13 d’entre eux ont été présentés à la justice pour d’éventuelles suites et quatre autres vont être convoqués en vue de leur mise en examen par le juge des enfants. La moitié des procédures ont été classées sans suite.

Lundi, au tribunal, situé porte de Clichy, le nombre des audiences a été doublé pour faire face à un «afflux considérable» de prévenus, comme l’avait annoncé dimanche le procureur de la République Rémy Heitz, assurant que le parquet de Paris n’avait «jamais eu à gérer un nombre aussi important de garde à vue».

Les suspects devaient répondre des chefs « d’actes de violence sur personne dépositaire de l’autorité publique», «dégradations sur des biens destinés à l’utilité publique», «regroupements en vue de commettre des violences», ou encore «port d’armes», des qualifications passibles de 3 à 7 ans d’emprisonnement, avait détaillé le procureur.

L’Arc de Triomphe tagué et saccagé, des grilles du jardin des Tuileries arrachées, des véhicules incendiés, des magasins pillés... Au total, 412 personnes ont été interpellées samedi, selon le préfet de police Michel Delpuech qui a évoqué «des violences d’une gravité sans précédent».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite