bpost a perdu la confiance des marchés financiers

Dans cet article
Face aux grèves de novembre, le CEO de bpost a dû accepter des mesures qui, aux yeux des marchés, auront un impact sur la rentabilité de l’entreprise.
Face aux grèves de novembre, le CEO de bpost a dû accepter des mesures qui, aux yeux des marchés, auront un impact sur la rentabilité de l’entreprise. - Belga.

La descente aux enfers du cours de bpost initiée en début d’année continue de plus belle. Ce mardi, le titre a perdu à nouveau plus de 20 % de sa valeur, atteignant un nouveau plancher à 8,8 euros. C’est largement en dessous du cours auquel a été introduite l’action bpost en 2013 (14,5 euros). Depuis février, le cours de bourse de bpost a été divisé par plus de trois ; 3,7 milliards d’euros de valorisation boursière se sont évaporés en dix mois. La raison de cette nouvelle chute ? Un communiqué de presse de la direction de bpost indiquant que les mesures négociées avec les syndicats après les grèves de novembre « auront un impact sur la rentabilité de l’entreprise ». Ces mesures visent à diminuer la charge de travail, augmenter le pouvoir d’achat et améliorer l’attractivité des différents métiers.

Pour les marchés financiers, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. « Je comprends que la situation n’était pas évidente pour la direction car il y avait d’un côté les syndicats et de l’autre les actionnaires, explique Patrick Casselman, analyste chez BNP Paribas Fortis. Elle a choisi de faire des concessions aux syndicats au désavantage des actionnaires. OK, mais j’ai l’impression que la confiance envers le management de l’entreprise est maintenant clairement rompue ».

« Au moins 70 millions »

Il faut dire que depuis le début de l’année, les marchés vont de déconvenue en déconvenue. Il y a eu tout d’abord la publication des résultats annuels en mars lors de laquelle bpost a dévoilé les difficultés qu’il rencontrait avec Radial, une société américaine de solutions logistiques rachetée à prix d’or (700 millions d’euros) quelques mois plus tôt. Puis il y a eu la publication des résultats du premier trimestre en mai, où bpost a à nouveau déçu en annonçant un bénéfice brut 2018 dans le bas de la fourchette de ses prévisions initiales. En novembre, rebelote, des résultats trimestriels décevants.

L’annonce faite lundi a miné un peu plus la crédibilité des prévisions bénéficiaires de bpost aux yeux des marchés. « Les mesures annoncées par bpost vont entraîner des coûts supplémentaires d’au moins 70 millions d’euros, a calculé Ruben Devos, analyste KBC. Et il s’agit de frais récurrents ». Pour lui, la conclusion est claire : les objectifs de cash-flow opérationnel (Ebit) que la direction de bpost avait présentés aux marchés en juin dernier pour 2022 (entre 390 et 440 millions) ne pourront pas être atteints. Un sentiment que partage Patrick Casselman. « Ils vont devoir rabaisser cet objectif », insiste-t-il, estimant néanmoins que la correction boursière actuelle est « exagérée ». bpost ne fait pas de commentaires et renvoie à la publication des résultats annuels début 2019.

Le marché craint aussi que bpost ne soit pas en mesure de maintenir son dividende stable au-delà de 2018. « Techniquement, l’entreprise pourrait le maintenir car elle a des réserves, estime Patrick Casselman, mais dans les faits, personne n’y croit plus vraiment ». Ruben Devos est sévère : «  Il devient de plus en plus difficile de considérer les prévisions de bpost comme fiables et de trouver des éléments qui peuvent soutenir le récit de bpost à court et moyen terme ».

Baisse du courrier

Le problème principal de bpost tient dans la mue de ses activités. La distribution du courrier est une activité très rentable mais l’accélération de la baisse du volume de lettres (-7 % cette année, -9 % en 2022) met celle-ci en danger. Certes, l’activité colis est en pleine croissance mais elle est loin de compenser la perte au niveau du courrier. Cette activité s’avère moins rentable que prévu notamment à cause des frais, qui sont élevés. A cette difficulté structurelle – à laquelle sont confrontés tous les opérateurs postaux – viennent se greffer les problèmes chez Radial qu’il faut réussir à rentabiliser.

Depuis des années, bpost mise sur l’augmentation de la productivité des travailleurs pour augmenter ses bénéfices. Cette logique a atteint ses limites. Le ras-le-bol du personnel, soumis à une charge de travail de plus en plus importante, a éclaté en plein jour cet automne avec de multiples grèves.

Face à cette situation, Koen Van Gerven, le CEO de bpost, a dû accepter de relâcher la pression. Il a annoncé que les initiatives d’augmentation de la productivité envisagées pour 2019 ne seront pas mises en œuvre. Il a aussi négocié avec les syndicats une nouvelle convention collective (toujours pas signée par les syndicats) qui prévoit une augmentation du pouvoir d’achat et une diminution de la charge de travail. Parmi les mesures négociées, citons une indexation de 4 % sur douze ans et deux jours de congé supplémentaires pour les 9.000 facteurs auxiliaires, une augmentation de la prime de fin d’année, des écochèques, des renforts dans tous les bureaux de poste où des problèmes sont rencontrés… Il a également précisé que les travaux préparatifs visant à changer le modèle de distribution actuel, devenu inadapté suite à l’accélération de la baisse du courrier, seront avancés. Ils auront lieu dès 2019 avec une entrée en vigueur du nouveau modèle dès 2020. Initialement, on parlait de 2021. Cette décision aura un impact négatif de 10 à 15 millions.

Les étapes d’une dégringolade

14 mars

Première dégringolade du cours de Bourse suite à la publication des résultats annuels 2017. Les investisseurs sont déçus par les prévisions bénéficiaires de bpost pour 2018 (560 à 600 millions d’euros d’ebitda contre 598 en 2017). Surtout ils découvrent les problèmes (coûts plus élevés que prévu, perte de gros clients…) rencontrés par bpost aux Etats-Unis avec sa nouvelle acquisition, Radial.

3 mai

A l’occasion de la publication des résultats du premier trimestre, bpost indique que son résultat brut d’exploitation sera dans le bas de la fourchette annoncée en mars. La nouvelle est vécue comme un « profit warning » (avertissement sur résultat) par les marchés qui font dévisser le cours de 13 %.

8 novembre

bpost publie des résultats pour le troisième trimestre jugés très décevants avec un recul des volumes de courrier élevé (-6,4 %), une augmentation des coûts opérationnels et un cash-flow opérationnel (ebitda) moins élevé qu’attendu.

4 décembre

bpost annonce que l’accord conclu avec les syndicats pour diminuer la charge de travail et augmenter le pouvoir d’achat des travailleurs aura un impact sur la rentabilité de l’entreprise. Selon plusieurs analystes, cela rend les objectifs de rentabilité annoncés pour 2022 difficilement atteignables.

Sur le même sujet
bpost
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite