Crise dans la suédoise: l’ambassadeur belge «rassure» sur la portée du pacte migratoire

La majorité fédérale reste sous tension maximale. Le pacte des migrations divise les suédois. La N-VA ne veut toujours pas entendre parler du texte des Nations-unies. Un comité ministériel restreint est prévu cet après-midi, pour tenter de débloquer la situation. En attendant, les débats ont débuté à la Chambre, en commission des Relations extérieures, où une série d’experts doivent apporter leurs « éclaircissements » pour ce qui concerne la portée du texte onusien, avant que – cet après-midi en principe – les députés ne se prononcent sur les résolutions, déposées par l’opposition, appelant la Belgique à tenir ses engagements, donc à approuver le pacte de l’ONU.

Jean-Luc Bodson, ambassadeur de Belgique auprès des Nations unies et négociateur du Pacte des migrations pour le gouvernement fédéral, a précisé que le texte final est voué à la « coopération internationale », qu’il a été expurgé de toute référence explicite aux politiques de « régularisation » des sans-papiers, que l’idée initiale de « décriminaliser » l’immigration illégale n’a pas été retenue elle non plus, également que le pacte n’interdit pas formellement des formes de détention des enfants en centres fermés adaptés.

Jean-Luc Bodson a noté encore que les pays « qui avaient été les plus durs dans la négociation », comme la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas, se rendront in fine à Marrakech la semaine prochaine, où, comme on le sait, les gouvernements présents donneront leur feu vert à l’approbation du pacte quelques semaines plus tard, cette fois en assemblée générale de l’ONU à New-York. Ces trois pays avaient les mêmes exigences que celles de la Belgique, notamment en ce qui concerne la détention de mineurs et le regroupement familial, ce qui a facilité les négociations.

Au contraire, les pays d’Europe de l’est et centrale qui ont le moins participé aux négociations (comme la Hongrie notamment) sont ceux qui réfusent aujourd’hui le texte, a souligné le diplomate.

L’ambassadeur a confirmé que les négociations internationales avaient eu lieu en maintenant tout au long un lien direct avec les responsables des cabinets ministériels du gouvernement suédois et que la Belgique, au fur et à mesure, a pu traduire dans le texte onusien une série de demandes qui émanaient de l’exécutif fédéral. Jean-Luc Bodson a ajouté : « Je n’ai aucun problème à ce stade avec une déclaration interprétative (ndlr : en marge du texte en tant que tel), où la Belgique, peut-être avec d’autres pays, soulignerait les points qui font peur, comme le fait que le Pacte n’entame pas la souveraineté des Etats » en termes de politiques d’asile et de migration. L’ambassadeur a expliqué encore : « Durant la négociation, nous avons eu des injonctions et des lignes rouges émanant du gouvernement, tout cela a été entendu et traduit dans le texte », cela jusqu’à obtenir finalement un « signal » positif de la part de l’exécutif.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite