Accueil Opinions Cartes blanches

La carte blanche : «Pour un pacte énergétique ambitieux après 2025»

Il faut dès à présent convenir d’une politique énergétique durable et lisible, sans négliger le renouvelable, en planchant sérieusement sur le remplacement des réacteurs nucléaires et la gestion des déchets.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Sous la pression des écologistes, le parlement belge vota en 2003 la loi de sortie du nucléaire qui prévoyait qu’en 2025 au plus tard, les centrales nucléaires seraient définitivement arrêtées.

Cette loi contenait toutefois en son sein une clause de révision permettant d’en changer certaines dispositions en cas de problème de sécurité d’approvisionnement pour notre pays. Cette clause, introduite par le biais d’un amendement, montrait la clairvoyance du législateur de l’époque quant à la probabilité de remplacer facilement l’énergie nucléaire abondante, non intermittente, peu chère, et source de nombreux développements technologiques et d’emplois par… autre chose. A elle seule, elle démontrait également qu’il était utopique de croire que cette loi de sortie du nucléaire, dogmatique, puisse entrer en vigueur selon le calendrier initial. Cependant, son échéance à plus de 10 ans – une éternité en politique – permettait au gouvernement d’avancer sur d’autres sujets…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs