La Belgique se dissocie des ambitions européennes sur le climat: Crucke dénonce la «méthode détestable» de Marghem

Pour Jean-Luc Crucke, «
il ne faut pas faire de l’ambition européenne un point d’opposition avec les Régions
».
Pour Jean-Luc Crucke, « il ne faut pas faire de l’ambition européenne un point d’opposition avec les Régions ». - Belga/ John Thys

Le ministre wallon de l’énergie, Jean-Luc Crucke (MR) n’a que très moyennement goûté les accusations lancées par sa camarade de parti et collègue fédérale Marie-Christine Marghem (MR) contre les Régions. Celles-ci, a dit Marghem déplorant leur « double langage », disposent de 90 % des compétences. « Donc, ce sont les trois Régions qui décident et nous, au niveau fédéral, ne pouvons que transmettre les volontés de ces Régions ».

La réaction de Crucke n’a pas tardé : « Il ne faut pas compter sur moi pour taper sur la Flandre et la Région bruxelloise. Ce type d’exercice, c’est la meilleure manière pour ne jamais trouver de solution. Je ne joue pas dans ce petit jeu-là, c’est une méthode détestable ». Plus fondamentalement, dit le Wallon dans un entretien au Soir, « entre juin et aujourd’hui, le fédéral n’a pas reconvoqué de réunion avec les entités fédérées. Or, c’était son rôle. Je ne sais pas s’il aurait pu y avoir des changements dans les positions des uns et des autres, mais tant qu’on n’a pas essayé, on ne tape pas sur l’autre ».

Et de prendre l’exemple du pacte énergétique qui a pu finalement atterrir parce que, selon lui, il y a eu à un moment un accord entre les ministres flamand (Tommelein, VLD) et wallon (Crucke, MR). « Preuve qu’on peut trouver des accords sur des sujets sensibles même en prenant des risques ».

« On aurait pu y arriver »

Décliné au niveau belge, explique Crucke, l’objectif européen d’énergies renouvelables (32 % en 2030) débouchera sur un objectif « indicatif » de 25 % pour la Belgique. Les engagements internes basés sur les perspectives de production de consomation s’élevaient à 23 % pour la Wallonie (auquel il faut rajouter sa part de l’éolien offshore) et 13 % pour la Flandre. Pour un total – insuffisant – de 18,4 % pour le pays. « Si elle avait été seule, autonome, la Wallonie y serait parvenue. C’était plus difficile pour la Flandre, dit Crucke. Mais il ne faut pas faire de l’ambition européenne un point d’opposition avec les Régions ».

Sur l’objectif européen d’efficacité énergétique (une amélioration de 32,5 % en 2030), la Wallonie « n’aurait eu aucun problème pour y arriver. Mais un des articles [prévoyant une diminution de la consommation d’énergie de 1,5 % par an entre 2014 et 2020, puis de 0,8 % par an entre 2021 et 2030, NDLR] nous posait un souci et représentait un obstacle incontournable pour la Flandre ». Mais, conclut Crucke, « si la question avait été reposée plus tard, on aurait pu y arriver ».

La journée n’a en tout cas pas été très favorable à la détente des relations entre Crucke et Marghem. Peu de temps avant de parler au Soir, le ministre wallon avait évoqué l’aller-retour protocolaire de la ministre fédérale à Katowice (Le Soir du 03/12) : « Je n’étais pas du voyage, auquel même convié, je n’aurais pas participé », avait-il tweeté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite