«Peur»: Donald Trump de l’intérieur

Peur. Trump à la Maison Blanche, Bob Woodward, Seuil, 528 pages, 24,50€
Peur. Trump à la Maison Blanche, Bob Woodward, Seuil, 528 pages, 24,50€

Il y a des livres dont on a tellement entendu parler qu’on hésite presque à les acquérir lorsqu’ils sont enfin disponibles. Ainsi le « fameux » bouquin de Bob Woodward sur Donald Trump : 1,2 million d’exemplaires vendus en anglais et des recensions à la pelle, y compris de ce côté de l’Atlantique (Le Soir du 05/09/2018). Il vient de sortir en français, au Seuil, sous le titre Peur.

Après une lecture complète et attentive, on est rasséréné. Cet ouvrage est plus profond que ce que l’on pouvait craindre ; il est en tout cas plus que l’addition d’anecdotes anxiogènes ou grotesques sur lesquelles les contempteurs habituels de Trump se sont jetés à sa sortie. C’est à une véritable immersion dans les coulisses du pouvoir présidentiel que s’est livré Woodward – qui, faut-il le rappeler ?, révéla le scandale du Watergate avec Carl Bernstein.

Alors ? Oui, Donald Trump est mal informé, impatient et erratique. Et, oui, par ses foucades, il fait « peur » – on aurait ainsi frôlé un conflit avec la Corée du Nord suite à un tweet (finalement non envoyé) ordonnant le retour des familles des militaires US basés en Corée du Sud, ce qui, selon le Pentagone, aurait été interprété par Pyongyang comme le signal d’une attaque imminente des forces américaines.

Mais par-delà tous les buzz, la grande leçon de Peur, c’est qu’en matière de relations internationales, de sécurité intérieure, de commerce ou d’environnement, Trump met tout en œuvre pour réaliser ce qu’il avait promis lors de sa campagne électorale ; et qu’il est sincèrement convaincu que cela bénéficiera aux « Américains qui travaillent ». Pas sûr dès lors qu’aux yeux de ses électeurs, il soit sorti aussi abîmé de cette enquête que d’aucuns l’ont dit ! Quant aux autres, de toute manière, leur opinion est faite depuis longtemps…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite