Open d’Australie: Steve Darcis bénéficie d’un classement protégé, Serena Williams et Andy Murray attendus

©Photonews
©Photonews

Steve Darcis, absent durant toute la saison en raison d’une blessure au coude, bénéficie d’un classement protégé qui lui permet d’intégrer directement le tableau final de l’Open d’Australie (14-27 janvier 2019). C’est ce que les organisateurs du premier Grand Chelem de la saison ont annoncé mercredi. Andy Murray, également grâce au classement protégé, et Serena Williams seront aussi de la partie, a indiqué l’organisation.

Darcis, 34 ans, n’a plus joué depuis la finale de la Coupe Davis 2017 perdue contre la France. Blessé au coude, il a dû faire l’impasse sur toute la saison 2018, au cours de laquelle il a notamment travaillé comme coach de Yanina Wickmayer à Wimbledon.

Cinq Belges dans le tableau final

Darcis, Murray et le Serbe Janko Tipsarevic sont les trois joueurs à bénéficier du classement protégé, à savoir un système permettant à un joueur ou une joueuse de bénéficier, durant une période transitoire, de son ancien classement technique à son retour d’une longue période d’absence pour cause de blessure. Murray a été absent pendant un an en raison d’une blessure à la hanche. Le Britannique a repris la compétition en juin et est aujourd’hui 259e au classement mondial.

Williams effectuera son retour à Melbourne après sa victoire en 2017, lorsqu’elle était enceinte de huit semaines. L’Américaine, 37 ans, n’a plus joué depuis sa finale perdue à l’US Open. Elle visera en Australie le record de 24 titres du Grand Chelem de Margaret Court.

Les 102 premières joueuses du classement WTA et 101 premiers du classement ATP ont confirmé leur présence à Melbourne, ont ajouté les organisateurs. Cela inclut donc Elise Mertens (WTA 12), Kirsten Flipkens (WTA 48) et Alison Van Uytvanck (WTA 50) dans le tableau féminin et David Goffin (ATP 22) dans le tableau masculin.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A Abou Dhabi, Darcis va peaufiner sa préparation pour 2019.

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Steve Darcis à Abou Dhabi pour réussir son pari en 2019

  • Elise a déjà repris les entraînements à l’académie Kim Clijsters.

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    Tennis

    Elise Mertens en vue de la saison 2019: «Je dois être plus sélective dans mes choix de tournois»

  • Yannick Noah a fait ses adieux au tennis de compétition.

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    Coupe Davis: la fin de la saga Yannick Noah

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le gouvernement modifié peut-il continuer à travailler sans demander la confiance du parlement
?

    Crise gouvernementale: la coalition orange bleue est-elle légitime?

  2. ©EPA

    Crise gouvernementale: l’Orange bleue attendue au tournant au Parlement

  3. FRANCE-PROTESTS_MACRON-SPEECH (7)

    Gilets jaunes: Macron décrète l’état d’urgence social

Chroniques
  • La mélancolie de Monsieur Loyal

    Et si, une fois de plus, le président Macron se trompait ? Si ce n’était pas l’augmentation des taxes sur le carburant, la stagnation du SMIC ou les « cadeaux aux riches » qui faisaient descendre les Français dans les rues ? Si l’explication était ailleurs ? Les Français ont quitté leurs salons et leurs écrans, tout simplement parce qu’ils s’emmerdent.

    Les mêmes films et les mêmes séries à la télé, entrecoupées des mêmes bêtes pubs, les programmes stupides sur You Tube, recettes de cuisine, maquillage et ados filmant en temps réel leur quotidien banal à mourir. Assez ! Plus rien ne les amuse. Et surtout pas la politique qu’ils adoraient contempler quand elle ressemblait au théâtre de Guignol. Poum ! Pim ! Paf !

    Où est passé le politico-comique ?

    Depuis l’arrivée au pouvoir de la République en Marche, les affaires publiques sont devenues plus soporifiques qu’un bouquin de François Hollande. Le gouvernement est terne, l...

    Lire la suite

  • Les valeurs, une fracture belge sans précédent

    Charles Michel s’est grandi ce week-end : il a choisi le bon côté du monde et des valeurs.

    On dira qu’il était acculé à trancher par le jeu de la N-VA, par l’opposition et même par les partis flamands de sa propre majorité, sidérés par son « J’irai à Marrakech à titre personnel ». On dira qu’il a tout fait pour éviter de faire la clarté dans une crise née de calculs purement électoralistes.

    ...

    Lire la suite