Une majorité alternative soutient le pacte migratoire au Parlement, sans la N-VA

©Belga
©Belga

Le MR, le CD&V, le VLD (partenaires de la suédoise), les verts d’Ecolo et de Groen, le CDH et le SP.A (dans l’opposition) se sont entendus, mercredi en commission des Relations extérieures à la Chambre, sur le texte d’une résolution soutenant le pacte migratoire (on y parle de « migrations sûres, ordonnées et régulières ») et précisant notamment, via un amendement, que les signataires (de ladite résolution) « demandent une concertation » avec différents autres Etats européens afin de préciser ensemble la portée du pacte. Un peu le retour à une sorte de déclaration d’interprétation (en l’occurrence, à l’échelle européenne), dont on parlait beaucoup dans la majorité ces derniers jours, et dont la N-VA ne voulait pas (on sait que, pour sa part, elle dit non au pacte et non à une déclaration interprétative).

Le PS, qui ne s’associe pas à cette majorité parlementaire alternative, a déposé et voté une motion qui appelle, pour sa part, à se prononcer pour le pacte des migrations « sans réserve ». Défi et le PTB, qui n’ont pas le droit de vote en commission, n’excluent pas de voter le texte en plénière ce jeudi (ils aviseront), pour autant, ont-ils expliqué, que l’on précise ce que l’on entend lorsqu’on se réfère à la « concertation avec les pays européens ». La N-VA, comme prévu, a voté contre la résolution MR et consorts.

Scénario absurde ou praticable ?

Dans ces circonstances, Charles Michel pourra-t-il se rendre à Marrakech la semaine prochaine en se prévalant d’un mandat parlementaire, et fort de la majorité alternative du jour ? Cela, tout en ne représentant pas officiellement un gouvernement, le sien donc, où il n’y a pas consensus à cet égard, puisque la N-VA ne veut pas du pacte et refuse de voir le Premier ministre se produire au nom de l’exécutif sur cette question… Alors, absurde ce scénario ?, ou bien praticable ? Juristes et constitutionnalistes se diviseront sans doute. Et ce n’est pas une histoire belge.

Revivez les discussions en Commission :

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Pacte migratoire|Politique|Marrakech
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Malgré un certain volontarisme de Charles Michel, au moment où la coalition des pays les plus ambitieux a tenté de peser de tout son poids sur les négociations de la COP24, la Belgique est restée au balcon.

    COP24: la Belgique continue à naviguer en marge de l’ambition climatique

  2. Les Red Lions constituent une équipe expérimentée qui arrive à maturité. Pour eux, désormais, seule la victoire compte, peu importe le jeu pratiqué. @News

    La médaille d’or, le seul objectif des Red Lions

  3. Tester et comprendre les phénomènes physico-chimiques qu’il y a derrière la cuisine, cela a été au cœur de la démarche de Sang-Hoon Degeimbre.

    Sang-Hoon Degeimbre: «Je n’aurai pas assez d’une vie pour faire toutes les expériences culinaires»

Chroniques
  • «Vous avez de ces mots»: maligne ou maline?

    Les grammairiens s’accordent généralement sur ce point : une tumeur est maligne, et peu maligne est la personne qui l’ignore. Sauf que votre fille est peut-être plus maline que maligne. Si maligne s’applique à une maladie, pour en qualifier les conséquences néfastes, maline n’est pas rare lorsqu’il s’agit d’êtres animés intelligents ou ingénieux.

    Dans l’ancienne langue, la forme maligne, jusque-là valable pour les deux genres, a été refaite sur le modèle des adjectifs en -in , -ine. D’où le masculin malin et le féminin maline, ce dernier étant progressivement évincé dans la langue classique par la forme maligne. Faut-il se priver de la distinction maligne-maline alors qu’elle peut être exploitée à des fins sémantiques ? Ce ne serait pas bien malin…

    Un malin peut en cacher un autre

    « Elle avait...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite