Accueil Économie Consommation

L’Opep a deux jours pour enrayer la chute du baril

Le cartel et la Russie négocieraient une extension de la réduction de production jusqu’à fin 2019. Mise sous pression par son allié américain, l’Arabie saoudite est dans une situation très inconfortable.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Fermera ? Fermera pas ? L’organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a la main posée sur le robinet. Et les membres du cartel, réunis à Vienne pour leur session annuelle ces jeudi et vendredi, ont deux jours pour décider dans quel sens ils vont le tourner. Pour l’heure, le marché est largement approvisionné. Trop même. Les raisons de cette surabondance de brut sont connues : des sanctions américaines contre les exportations iraniennes de pétrole moins sévères qu’attendu, une production à des niveaux records (ou proches de l’être) aux Etats-Unis, en Russie et en Arabie saoudite. Un surplus d’offre combiné à une crainte de contraction de la demande, dès lors que la « guerre commerciale » qui oppose les Etats-Unis et la Chine fait peser une lourde hypothèque sur la robustesse de la croissance économique mondiale. Certes, au dernier G20 à Buenos Aires, Américains et Chinois avaient semblé s’entendre pour mettre leur querelle douanière sous le boisseau.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs