Accueil Belgique Politique

Climat: une loi pour sortir la Belgique du marais

Le système entraîne la Belgique vers des positions faiblardes. Peut-on améliorer le système ou faut-il le changer ? Le Sénat et des juristes se sont penchés sur la question. Une loi climat comme porte de sortie ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Le constat est général et l’actualité le montre : la structure, le fonctionnement et les divisions internes de la Belgique empêchent notre pays de prendre, sur le climat, des positions ambitieuses. L’absence hiérarchie des normes, l’éclatement des compétences entre le fédéral et les Régions portent certains à prôner une réfédéralisation de tout ou partie de la compétence climat. Même si le soutien populaire à cette idée ne cesse de croître, elle est compliquée à réaliser vu la transversalité de la matière et la sensibilité politique du sujet. Comme l’ont montré les sept ans de négociation qu’il a fallu pour conclure un accord sur le partage intrabelge de l’objectif climatique belge pour 2020, l’actuel dispositif est lourd, frustrant et mène régulièrement à des blocages puisque toute décision doit être adoptée à l’unanimité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Dopchie Henri, jeudi 6 décembre 2018, 18:35

    Garder le nucléaire et prôner le tout-électrique favoriserait la protection du climat, sans affecter le train de vie de nos concitoyens. Seule l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire dispose de la compétence technique et de l'indépendance nécessaires pour juger de la sûreté de nos centrales. Elle seule devrait décider de l'arrêt de celles-ci.

  • Posté par Bachelart Bernard, jeudi 6 décembre 2018, 17:10

    @Fizaine Grégory je dois hélas constater que vos moyens intellectuels ne vous permettent pas d'aller au-delà de l'adhésion aveugle à une doctrine et des attaques ad hominem. Lorsque j'ai vu cette vidéo, ma réaction a été d'aller vérifier sur le site du GIEC qui disait la vérité. Je vous en avais transmis le lien, que vous n'avez évidemment pas consulté. Comme toujours, la réaction d'un croyant est d'affirmer que ceux qui contredisent les dogmes sont discrédités (qui êtes-vous pour juger le professeur Gervais?) et non pas d'essayer de comparer la valeur des thèses en présence. Jusqu'à présent, vous n'avez rien apporté à ce débat d'autre que des attaques ad hominem, vous n'avez apporté aucun élément scientifique. D'ailleurs, je serais curieux de savoir ce que vous connaissez du lien entre le CO2 et la température terrestre.

  • Posté par Fizaine Grégory, jeudi 6 décembre 2018, 14:01

    @ Bachelart bernard Je maintiens que vous employez la rhétorique et les arguments classiques et bien rodés des climatosceptiques. Qui consiste à utiliser quelques scientifiques (souvent discrédités) pour isoler une donnée hors de son contexte et en tirer des conclusions simplistes et erronées de façon à créer le doute et donc de gagner du temps (aussi utilisé par l'industrie du tabac et de l'amiante entre-autres). La vidéo Youtube que vous renseignez en est également un exemple puisqu'elle ne montre qu'une petite partie du débat...celle où justement seul le climatosceptique lance ses arguments. Eléments incomplets, tronqués, sortis de leur contexte et analyses simplistes de la situation.

  • Posté par Bachelart Bernard, jeudi 6 décembre 2018, 12:24

    Plutôt que de balancer des anathèmes à la limite de la grossièreté (@ Fizaine Grégory), il vaut mieux regarder les données scientifiques disponibles dans le rapport du GIEC. http://www.climatechange2013.org/images/report/WG1AR5_ALL_FINAL.pdf#page=213 On voit sur le diagramme en bas de page que la température de la basse stratosphère ne bouge plus depuis plus de 20 ans. Or la version de la théorie du l'effet de serre soutenue par le Giec (Manabe, S., Strickler, R.F., 1964. Thermal equilibrium of the atmosphere with a convective adjustment. J. Atmos. Sci. 21 , 361 –) implique que c'est à cette hauteur que se joue l'équilibre radiatif de la planète. Cette stagnation des températures à ce niveau gène le vice-président du GIEC, qui le nie effrontément lors des débats publics. https://www.youtube.com/watch?v=9rZXmobqHxU Curieux de voir si vous prendrez la peine de vérifier où si vous allez vous endormir dans le confort intellectuel de la climato-crédulité. Il y a bel et bien des problèmes environnementaux à résoudre, mais les climato-crédules ne les voient guère, fixés qu'ils sont sur un problème marginal.

  • Posté par JMR , jeudi 6 décembre 2018, 10:37

    La planète n’attendra pas les reformes institutionnelles de la Belgique. Nous étions plus de 60.000 personnes dans les rues de Bruxelles pour sensibiliser le monde politique tout ça pour apprendre que la Belgique a refusé la directive européenne sur l’efficacité énergétique à la COP24. Il est grand temps que le monde politique soit à l’écoute des citoyens

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs