Brexit: les députés britanniques se déchaînent contre l’accord de Theresa May

©AFP
©AFP

Le gouvernement britannique a essuyé une nouvelle vague de critiques mercredi au Parlement alimentée par la publication de l’avis de son conseiller juridique sur l’accord de Brexit conclu entre Bruxelles et la Première ministre Theresa May.

Dans ce document, dont les députés ont exigé la publication intégrale, l’Attorney general souligne que Londres pourrait être «  soumis à des cycles de négociations très longs et répétés » pour obtenir un nouvel accord définissant la relation future entre le Royaume-Uni et l’UE. Il prévient que l’alignement réglementaire de la province britannique d’Irlande du Nord sur l’UE afin d’éviter une frontière physique avec la République d’Irlande après le Brexit, prévu pour le 29 mars 2019, pourrait «  perdurer indéfiniment » dans l’attente de la conclusion du nouvel accord.

Filet de sécurité

Ces dispositions, désignées par le terme de « filet de sécurité », nourrissent le mécontentement des députés eurosceptiques, qui demandent une franche rupture avec l’UE, et du parti nord-irlandais DUP, pourtant allié au gouvernement, qui refuse tout traitement spécifique pour l’Irlande du Nord, y voyant une atteinte à l’intégrité du Royaume-Uni, et juge le texte « inacceptable ».

Partisans comme adversaires du Brexit ont ainsi prévenu qu’ils s’opposeraient à l’accord de divorce, qui sera soumis à leur vote le 11 décembre au terme de cinq jours de débats. Theresa May a même été accusée par le député nationaliste écossais Ian Blackford d’avoir cherché à « induire en erreur » les parlementaires en refusant initialement de publier cet avis juridique susceptible de renforcer l’opposition à son accord.

Le ministre de l’Intérieur, Sajid Javid, en a aussi pris pour son grade : ses promesses de maintenir une coopération avec l’UE en matière de sécurité après le Brexit ont été jugées dignes d’« une liste de cadeaux envoyée au Père Noël », selon le député travailliste Chris Bryant.

Le Royaume-Uni comme l’UE ont jusqu’à présent écarté la possibilité de renégocier le texte, contrairement à ce que demandent des députés opposés à Theresa May.

Et si le parlement britannique rejette l’accord sur le Brexit ? Les différents scénarios

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  2. Pour Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, «
il est indispensable que nous ayons, entre partis, une vraie réflexion sur la gouvernance. Le citoyen attend de nous une cohérence dans la gestion de Bruxelles
». © Sylvain Piraux.

    Les Bruxellois ne veulent pas d’une fusion des communes

  3. © Belga

    Une performance historique des hockeyeurs belges

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite