Crise gouvernementale: «Si le Premier ministre dit qu’il lie la Belgique au pacte, il y a un problème», estime De Roover

©Belga
©Belga

S i le Premier ministre Charles Michel dit demain à la Chambre qu’il va lier, à Marrakech, la Belgique au pacte des Nations-Unies sur les migrations, alors il y a un problème», a affirmé jeudi soir le chef du groupe N-VA à la Chambre. Au cours de l’émission de la VRT «Terzake», celui-ci a réitéré un point de vue exprimé dans ce sens au cours des dernières heures.

«Nous constituons un gouvernement. Nous faisons les choses à quatre partis, et si cela ne marche pas, nous ne le faisons pas. Si on le fait quand même, on nous met à la porte», a-t-il ajouté.

La commission des Relations extérieures de la Chambre a approuvé mercredi une proposition de résolution par laquelle le parlement exprime son soutien au pacte des Nations-Unies pour une migration sûre, ordonnée et régulière. Le texte a reçu le soutien d’une majorité de rechange qui a réuni, dans la majorité, le MR, le CD&V et l’Open VLD et, dans l’opposition, le CDH, les écologistes et le SP.A. La N-VA a voté contre.

Fort de ce texte, le Premier ministre, Charles Michel, se rendra lundi à Marrakech, où a lieu la conférence internationale qui marquera l’adoption du pacte, pour y exprimer le point de vue du parlement, c’est-à-dire le soutien de la Belgique.

Opposés au pacte, les nationalistes flamands n’ont jusqu’à présent pas retiré leur confiance au gouvernement Michel. Ils contestent la constitutionnalité d’une telle résolution, la conduite des relations internationales appartenant au gouvernement et non au parlement. A leurs yeux, le Premier ministre peut aller au Maroc porter la parole du parlement. Mais ils attendent que le chef du gouvernement précise qu’il n’y a pas de consensus au sein de son équipe.

Pour Peter De Roover, la N-VA n’a pas fait un virage. «Ce qui se passe à Marrakech ne m’intéresse pas. Savoir qui y va ne m’intéresse pas. Pas plus qu’à New York, à Marrakech, le gouvernement n’approuvera pas le pacte. Point! », a-t-il dit lors de l’émission Terzake.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Pacte migratoire|Chef de l'État|Marrakech|New York
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20160331-G6VKJE 2016-03-31 07:30:31

    Commémorations: victimes, secouristes, policiers, politiques nous racontent leur journée du 22 mars

  2. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite