Nos systèmes de soins de santé sont mal préparés aux effets du réchauffement climatique, selon une étude

©D.R
©D.R

De plus en plus de citoyens à travers le monde sont exposés à des vagues de chaleur. En 2017, quelque 157 millions de personnes supplémentaires ont subi au moins un jour de canicule par rapport à l’année 2000, d’après la dernière édition du rapport «The Lancet Countdown» dédié aux aspects sanitaires du changement climatique. En l’absence de mesures fortes, nos systèmes de soins de santé pourraient être mis à mal.

«La hausse des températures expose des millions de citoyens à travers le monde à un risque sanitaire inacceptablement élevé», a affirmé le Dr. Kris Murray, lors de la présentation du rapport, mercredi. Selon l’étude, les vagues de chaleur affectent négativement la productivité. A l’échelle mondiale, 153 milliards d’heures de travail ont été perdues en 2017 à cause des températures extrêmes.

En Europe, «la vague de chaleur de cet été n’est qu’un avant-goût de ce qui nous attend à l’avenir, menaçant plus particulièrement les personnes âgées et vulnérables vivant en milieu urbain», avertit le Dr Martin Balzan, rapporteur sur la santé environnemntale auprès du Comité permanent des médecins européens (CPME).

Au sein de l’Union, le taux de mortalité lié aux chaleurs extrêmes est susceptible d’augmenter de 1 à 4% par degré supplémentaire, ce qui signifie environ 30.000 morts de plus par an à l’horizon 2030, puis entre 50.000 et 110.000 d’ici à 2080, souligne le rapport.

«En tant que médecin, je m’inquiète du nombre croissant de patients qui devront être pris en charge pour des maladies liées au réchauffement climatique», renchérit le Dr Hélène Rossinot, auteure principale du volet de l’étude consacré aux recommandations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20161121-GC9521 2020-01-18 14:54:13

    Emir Kir exclu du PS: les conséquences au fédéral et à Saint-Josse

  2. Les CPAS des grandes villes continuent à délivrer de nombreuses aides parce que la pauvreté s’y concentre.

    Quand les CPAS wallons aggravent la précarité

  3. Aux yeux de la Reine, la seule solution possible à la crise provoquée par la décision du couple de renoncer aux obligations royales était une séparation brutale mais claire.

    Epilogue Harry-Meghan: la Reine, William et Kate sont les grands gagnants

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite