Nos systèmes de soins de santé sont mal préparés aux effets du réchauffement climatique, selon une étude

©D.R
©D.R

De plus en plus de citoyens à travers le monde sont exposés à des vagues de chaleur. En 2017, quelque 157 millions de personnes supplémentaires ont subi au moins un jour de canicule par rapport à l’année 2000, d’après la dernière édition du rapport «The Lancet Countdown» dédié aux aspects sanitaires du changement climatique. En l’absence de mesures fortes, nos systèmes de soins de santé pourraient être mis à mal.

«La hausse des températures expose des millions de citoyens à travers le monde à un risque sanitaire inacceptablement élevé», a affirmé le Dr. Kris Murray, lors de la présentation du rapport, mercredi. Selon l’étude, les vagues de chaleur affectent négativement la productivité. A l’échelle mondiale, 153 milliards d’heures de travail ont été perdues en 2017 à cause des températures extrêmes.

En Europe, «la vague de chaleur de cet été n’est qu’un avant-goût de ce qui nous attend à l’avenir, menaçant plus particulièrement les personnes âgées et vulnérables vivant en milieu urbain», avertit le Dr Martin Balzan, rapporteur sur la santé environnemntale auprès du Comité permanent des médecins européens (CPME).

Au sein de l’Union, le taux de mortalité lié aux chaleurs extrêmes est susceptible d’augmenter de 1 à 4% par degré supplémentaire, ce qui signifie environ 30.000 morts de plus par an à l’horizon 2030, puis entre 50.000 et 110.000 d’ici à 2080, souligne le rapport.

«En tant que médecin, je m’inquiète du nombre croissant de patients qui devront être pris en charge pour des maladies liées au réchauffement climatique», renchérit le Dr Hélène Rossinot, auteure principale du volet de l’étude consacré aux recommandations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • La région de Trêves offre une large variété de vestiges. Ici, ceux de Nennig
: la «
mosaïque romaine
» qui couvre le sol de la Römische Villa est une réelle merveille, un plaisir des yeux.

    Par Pascal Martin

    Société

    Trèves, la seconde Rome

  • La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration.

    La suédoise, hyperactive sur le dossier migratoire

  • DALHEIM, Belgique gallo-romaine Dalheim .GOLINVAUX MATHIEU._LESO

    Par Pascal Martin

    Société

    A Dalheim, des Gallo-Romains à l’avant-scène

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  2. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  3. La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration.

    La suédoise, hyperactive sur le dossier migratoire

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite