Nos systèmes de soins de santé sont mal préparés aux effets du réchauffement climatique, selon une étude

©D.R
©D.R

De plus en plus de citoyens à travers le monde sont exposés à des vagues de chaleur. En 2017, quelque 157 millions de personnes supplémentaires ont subi au moins un jour de canicule par rapport à l’année 2000, d’après la dernière édition du rapport «The Lancet Countdown» dédié aux aspects sanitaires du changement climatique. En l’absence de mesures fortes, nos systèmes de soins de santé pourraient être mis à mal.

«La hausse des températures expose des millions de citoyens à travers le monde à un risque sanitaire inacceptablement élevé», a affirmé le Dr. Kris Murray, lors de la présentation du rapport, mercredi. Selon l’étude, les vagues de chaleur affectent négativement la productivité. A l’échelle mondiale, 153 milliards d’heures de travail ont été perdues en 2017 à cause des températures extrêmes.

En Europe, «la vague de chaleur de cet été n’est qu’un avant-goût de ce qui nous attend à l’avenir, menaçant plus particulièrement les personnes âgées et vulnérables vivant en milieu urbain», avertit le Dr Martin Balzan, rapporteur sur la santé environnemntale auprès du Comité permanent des médecins européens (CPME).

Au sein de l’Union, le taux de mortalité lié aux chaleurs extrêmes est susceptible d’augmenter de 1 à 4% par degré supplémentaire, ce qui signifie environ 30.000 morts de plus par an à l’horizon 2030, puis entre 50.000 et 110.000 d’ici à 2080, souligne le rapport.

«En tant que médecin, je m’inquiète du nombre croissant de patients qui devront être pris en charge pour des maladies liées au réchauffement climatique», renchérit le Dr Hélène Rossinot, auteure principale du volet de l’étude consacré aux recommandations.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les bricoleurs, en herbe ou confirmés, ont accès à l’espace, aux machines, à la matière première  et à un accompagnement s’ils le souhaitent.

    Par Laetitia Theunis

    Demain, la Terre

    Apprendre à bricoler pour gagner en autonomie

  • En 2018 chaque belge a « consommé » 11 litres d’huile de soja sous la forme  de diesel.

    Par Michel De Muelenaere

    Société

    Les réservoirs belges toujours plus gourmands en huile de soja

  • Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

  3. Il n’y a pas que la guerre commerciale de Donald Trump qui freine les exportations chinoises.

    La Chine s’essoufle, le monde a de bonnes raisons de s’inquiéter

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite