Les Zèbres déçus par leur défaite: «Je ne veux plus gagner cette Coupe», avoue même Mehdi Bayat (vidéos)

@News
@News

Le Racing Genk s’est qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de Belgique mercredi soir en s’imposant 1-3 sur la pelouse du Sporting de Charleroi. Les Carolos menaient pourtant 1-0 à la mi-temps. Les Zèbres sont évidemment très déçus.

Dessoleil : « On n’a pas été intelligent »

La déception était forcément très grande dans les rangs carolos ce mercredi soir. Dorian Dessoleil, conscient que les Zèbres étaient passés à côté d’une occasion en or d’aller au bout de la compétition, avait la mine des mauvais jours en quittant le Mambourg… « On a montré qu’on était capable de faire un match intense face à une bonne équipe mais on n’a pas été intelligent… », pestait le défenseur carolo. « On fait une bêtise chaque semaine, et contre les grosses équipes, ça se paye cash. On n’a jamais autant de grands joueurs dans l’équipe mais sur un coup franc, on préfère jouer une combinaison plutôt que de mettre le ballon dans le tas… Ce 1-2 me fait vraiment râler. C’est le but qui nous tue… »

Et c’est d’autant plus dommage que les Carolos, sans réellement dominer les débats, avaient globalement maîtrisé l’équipe limbourgeoise jusque-là… « Hormis le premier quart d’heure, on a fait une très grosse première mi-temps. Mais face à de telles équipes, la moindre erreur ne pardonne pas. C’est vraiment un coup dur car, comme chaque année, la Coupe faisait partie des objectifs du club. Et si on gagnait, on avait vraiment la voie libérée… »

Mais les Zèbres vont rapidement devoir tourner la page puisque c’est un déplacement à Anderlecht qui les attend ce dimanche. « Et on sait que les Mauves ne sont pas forcément dans une bonne spirale. On a raté un objectif, mais il reste le deuxième, à savoir une qualification pour les Playoffs 1. Et pour ce faire, on doit gagner au Parc Astrid pour revenir dans le parcours. »

Bayat : « On se concentre sur le championnat »

Alors qu’il avait crié haut et fort ses objectifs en Coupe de Belgique les saisons précédentes, Mehdi Bayat s’était volontairement fait très discret sur le sujet cette année, désireux de ne pas mettre trop de pression sur son groupe. Mais cette nouvelle stratégie n’a guère mieux fonctionné… « Je l’annonce solennellement : je ne veux plus gagner cette Coupe de Belgique », a-t-il lancé de manière sarcastique ce mercredi. « Je le dis haut et fort : maintenant, on se concentre sur le championnat… Et je l’ai déjà dit au groupe après le match… »

Un groupe qui était forcément très déçu d’avoir loupé cette belle occasion de poursuivre sa route vers le stade Roi Baudouin… « C’est une compétition particulière… Mais la frustration est surtout là suite au déroulement de ce match. On menait 1-0 à la mi-temps et la situation s’inverse sur des erreurs. Ça fait mal. »

Et l’administrateur-délégué a sa petite idée pour expliquer la défaite : « On a vu qu’on manquait de maturité. On a un noyau qui est seulement en train de prendre forme, plusieurs joueurs sont arrivés sur le tard. Il faut rester positif et rester dans cette spirale, tout en apprenant de nos erreurs. »

Mazzù : « On a manqué d’expérience »

« Il est vrai qu’on était moins bien en deuxième mi-temps face à un adversaire qui était meilleur que nous mais je ne pense pas que c’est pour ça que nous avons été battus », relevait Mazzù. « Sur l’égalisation, les principes de base qui doivent être de mise sur une phase arrêtée n’ont pas été appliqués. Avant le 1-2, on a un coup franc sur lequel on n’utilise pas la taille de nos défenseurs centraux. On perd son temps à tenter une combinaison qui offre finalement le but qu’on prend… On a manqué d’expérience. »

Après cette élimination on ne peut plus logique, il va bien sûr falloir se renconcentrer immédiatement sur le championnat et le déplacement à Anderlecht qui s’annonce : « Je ne peux pas en vouloir à mes gars car l’état d’esprit et l’envie de bien faire étaient là. On ne dispose pas d’un noyau comme celui de Genk mais on a essayé de faire quelque chose avec de la volonté. À présent, on doit oublier ce match. On a la chance d’être revenu dans le top 6 en championnat, à nous de poursuivre dans cette voie… »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si les gilets jaunes ne se satisfont pas des décisions annoncées par Emmanuel Macron lundi soir, ils repartiront à l’assaut en étant convaincus qu’ils incarnent la volonté générale.

    Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

  2. belgaimage-142946510-full

    Carte blanche: face à la crise gouvernementale, un indispensable vote de confiance

  3. Angela Merkel (à dr.) l’a répété mardi à Theresa May, en visite à Berlin
: il n’y a «
pas de possibilité
» de changer l’accord sur le Brexit.

    Brexit: pourquoi la mini-tournée de Theresa May est totalement vaine

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: y en a encore, je vous en remets?

    La crise politique belge n’en finit plus de continuer, elle est incompréhensible, surréaliste et dangereuse. Ce n’est pas que les citoyens soient en colère, c’est peut-être pire : ils ont décroché, ils ne suivent plus. Ils laissent le paquebot des « gouvernement, demi-gouvernement, gouvernement minoritaire, gouvernement en affaires courantes, gouvernement suédois, gouvernement orange bleue, gouvernement légitime, gouvernement non démocratique… » voguer dans ce monde désormais parallèle, cette bulle qui s’appelle la « ...

    Lire la suite