Accueil Belgique Politique

Nouveau risque d’un incident diplomatique entre la Belgique et l’Espagne

Le ministre de la Défense Sander Loones (N-VA) agace Madrid avec ses tweets.

Temps de lecture: 2 min

Madrid est agacée par les tweets du nouveau ministre de la Défense Sander Loones (N-VA) sur la question catalane, rapporte de Tijd, jeudi. Le différend pourrait tourner à l’incident diplomatique.

C’est une série de messages postés sur Twitter par le ministre N-VA le week-end dernier, à propos de la grève de la faim annoncée par deux figures politiques catalanes incarcérées, qui a mis le feu aux poudres.

« Déjà enfermés depuis plus d’un an. Sans avoir été condamnés. Le juge espagnol ne traite même pas leur dossier. Afin d’éviter que la Cour des droits de l’Homme ne se prononce. Maintenant, ils sont obligés d’entamer une grève de la faim. Aucun démocrate ne peut se taire là dessus », a tweeté le ministre nationaliste.

Des remarques qui ne sont pas passées inaperçues. « Le ministre belge a fait des déclarations qui sont pour nous inadmissibles. Une réponse de notre côté ne manquera pas », a déclaré le ministre espagnol des Affaires étrangères Josep Borrell au journal espagnol El País, en marge d’une rencontre à l’Otan.

Les tensions entre l’Espagne et la Belgique s’étaient déjà amplifiées en octobre, lorsque le ministre Borrell avait décidé de retirer le statut diplomatique au représentant de la Flandre à Madrid après des déclarations « négatives » du président du parlement flamand, Jan Peumans (N-VA).

 

À lire aussi Ernest Maragall, ministre catalan : «Cette crise dipllomatique est absurde»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 6 décembre 2018, 19:21

    @Charlier Albert, en fait, je suis tout à fait d'accord avec vous et à vrai dire, assez décontenancé... par le silence des autres formations, parfois justement si promptes à défendre les droits de l'homme. On assiste de ce point de vue à un renversement de positions. Les partis ayant des discours matin, midi et soir sur les droits de l'homme imposant un pesant et sinistre silence sur les droits des nationalistes catalans, et un parti aux discours souvent discutable et pratiques souvent discutables sur les droits de l'homme qui seul semble s'émouvoir du sort des Catalans. Mais je suis assez d'accord avec vous sur le fond. Le néo-franquisme qui s'est imposé dans la crise catalane et par la suite dans le traitement des rebelles est scandaleux et ce qu'il l'est plus encore, c'est le silence assourdissant de l'UE et de ces "vertueux démocrates"...

  • Posté par Charlier Albert, jeudi 6 décembre 2018, 14:21

    @Deckers Björn. S'il fallait être blanc comme neige pour avoir le droit de s'exprimer, il ne resterait alors plus beaucoup de monde légitime dans les manifestations. Personnellement, je n'avais pas spécialement de la sympathie pour les séparatistes catalans,... jusqu'à ce que le gouvernement espagnol montre son intransigeance sur ce sujet et leur donne finalement raison de ne plus vouloir appartenir à ce pays.

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 6 décembre 2018, 12:47

    @Charlier Albert, vu le peu de cas que fait la NVA des droits humains en matière de migration, elle a juste le droit de se taire! Et en matière de deux poids, deux mesures, votre commentaire me paraît manquer largement de pertinence...

  • Posté par Charlier Albert, jeudi 6 décembre 2018, 9:28

    Tout démocrate est pourtant bien obligé d'être d'accord avec Sanders Loons: comment est-ce possible que l'Europe admette ce déni de droit en son sein et le maintien en détention de prisonniers politiques? L'Italie est montrée du doigt pour moins que ça. Ou alors cela démontrait-il que l'Europe s'occupe davantage de défendre les finances que le droit de ses citoyens?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une