B&B Hotels veut marquer la Belgique de son empreinte

L’hôtel, ouvert il y a moins de deux ans à Anvers, a mis de la suite dans les idées aux Français.
L’hôtel, ouvert il y a moins de deux ans à Anvers, a mis de la suite dans les idées aux Français. - D.R.

Cela risque de bouger dans les prochaines années dans le domaine de l’hôtellerie en Belgique. Fort du succès de son premier établissement belge ouvert il y a deux ans dans le quartier Nieuw Zuid d’Anvers, le géant français B&B Hôtels a décidé de miser sur le plat pays puisque trois autres hôtels sont d’ores et déjà en chantier : le premier d’entre eux comportera 91 chambres et ouvrira ses portes en juin prochain en face de la gare du Midi à Bruxelles, le deuxième (114 chambres) est prévu pour fin 2020 dans le centre historique de Gand, et le dernier entrera en chantier en février au cœur même d’Anvers, en face de l’Opéra. Les travaux seront, ici, ambitieux puisque le bâtiment existant sera entièrement démoli mais sa façade sera reconstruite à l’identique.

A terme, B&B Hotels veut ouvrir pas moins de 15 hôtels en Belgique dans les cinq années à venir et ce même si des problèmes existent. « En Belgique, le potentiel pour des acquisitions est relativement limité, confirme ainsi Louis Caroni, le directeur général de B&B Hotels pour le Benelux. Un grand nombre d’établissements se positionnent sur le segment haut de gamme et/ou offrent trop peu de chambres. Mais dans l’ensemble, toutes les villes de 100.000 habitants nous intéressent et nous étudions actuellement des dossiers à l’aéroport de Zaventem, à Liège, Bruges, Namur et Louvain, ainsi qu’un hôtel supplémentaire à Anvers et deux ou trois autres à Bruxelles. »

Chez B&B Hotels, on le confirme : des permis d’urbanisme sont déjà en cours pour les projets qui sont dans les cartons. Le groupe souhaite prioritairement s’associer à des promoteurs pour construire des hôtels neufs, mais n’exclut pas d’acheter des bâtiments existants pour les rénover. « Nous nous appuyons sur les reins solides de notre maison-mère, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 460 millions d’euros en 2017, se réjouit Louis Caroni. Le groupe n’hésite pas également à racheter purement et simplement des hôtels, à l’unité ou en portefeuille, comme lors du rachat en 2016 de la chaîne Sidorme en Espagne. »

Première chaîne d’hôtels indépendants en Europe, B&B Hotels a démarré ses activités en 1990 en ouvrant des établissements simultanément à Saint-Malo et à Brest. Depuis, les ouvertures se sont succédé à un rythme soutenu puisque le groupe compte aujourd’hui 450 hôtels dans 10 pays : France (270 hôtels), Allemagne, Italie, Espagne, Pologne, Belgique, Suisse, Tchéquie, Portugal et même un établissement au Brésil. B&B se vante d’ouvrir quelque 50 hôtels par an.

Spécialiste de l’hôtellerie économique, B&B Hotels souhaite toutefois passer à la vitesse supérieure et monter en gamme tout en gardant, assure-t-il, des prix abordables.

Les Français assurent que le succès tient en une bonne localisation ainsi qu’à un fonctionnement rationalisé de leurs structures, sans pour autant « tomber dans les travers du low-cost ».

La montée en gamme pourra être constatée dans le deuxième hôtel qui ouvrira à Anvers. Des magasins prendront place dans les trois premiers étages du bâtiment tandis que l’hôtel occupera les six autres avec, notamment, l’installation d’un bar rooftop (sur le toit) qui offrira une belle vue sur la Métropole.

Mais le succès futur passe aussi par un design amélioré. « Pour le Benelux, nous faisons appel à des équipes de designers pour créer de nouveaux concepts en restant le plus fonctionnel possible, conclut Louis Caroni. Nous voulons faire de nos hôtels des espaces de vie où, certes, le prix est raisonnable, mais au sein desquels les visiteurs ont envie de passer du temps hors de leur chambre, de boire un verre ou de travailler. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20161207-GCLR69 2020-03-20 10:44:31

    Malgré le confinement, un service notarial minimum garanti

  • Même s’il fait beau dehors, c’est plutôt mauvais temps sur l’immobilier en ce moment. Les beaux jours finiront bien par revenir...

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Acheteurs, propriétaires, locataires: que faire pendant le confinement?

  • Le mouvement est parti d’une grogne envers le géant Immoweb.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le Covid-19 mobilise les agents immobiliers

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le président exhibe un graphique comparant deux courbes
: la plus sombre prédit de 1,5 à 2,2 millions de morts en cas de non-intervention, la seconde annonce de 100.000 à 240.000 morts si des mesures adéquates étaient prises. © Reuters.

    Comment le virus s’est propagé dans l’Amérique de Trump

  2. «
Voir débarquer des clients avec des masques, ça nous stresse.
»

    Grogne dans les supermarchés: «C’est nous qui sommes exposés, pas les actionnaires»

  3. ILLUSTRATIONS CORONA VIRUS HOSPITAL WEDNESDAY

    Le vrai ou faux: la Belgique est-elle le troisième pays le plus touché par le virus?

La chronique
  • «Visa pour la Flandre»: «Bart De Wever, blijf in uw kot»

    Et si on jouait à un jeu ? Quel est selon vous, le parti qui a été le plus souvent invité sur le plateau de VTM, la télévision commerciale, et très populaire de Flandre depuis fin octobre 2019 ? La N-VA ? Vous avez un point. Deuxième question : quel est l’homme politique qui y a été le plus souvent invité ? Bart De Wever ? Non, mais vous brûlez. C’est Ben Weyts, ministre de l’Enseignement, à égalité avec Jan Jambon, ministre-président, juste devant le CD&V Pieter De Crem.

    La N-VA a été en fait sur le plateau de VTM à 18 reprises et 14 de ces 18 fois – dont les 6 de Ben Weyts – se sont produites après le déménagement de VTM et son groupe Medialaan de Vilvorde à… Anvers. Après une énième prestation télévisée de Bart De Wever sur la chaîne commerciale, un Flamand facétieux tweetait : « A croire qu’on a déménagé VTM pour que le bourgmestre d’Anvers puisse y venir à pied tous les jours ». Il est vrai que la chaîne n’est pas tenue par l’équilibre politique qui régit la VRT, son concurrent public.

    Mais...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite