Le prix Rossel est attribué à Adeline Dieudonné pour «La vraie vie»

Dans cet article

L a Vraie Vie, premier roman d’Adeline Dieudonné, remarqué depuis la rentrée littéraire par la critique et le public, s’est vu décerner ce jeudi midi le prix Rossel. Après un long débat animé, le jury l’a préféré aux oeuvres de Sandrine Willems (Devenir oiseau), Etienne Verhasselt (Les pas perdus), Myriam Leroy (Ariane) et Sébastien Ministru (Apprendre à lire).

Le jury du Rossel était présidé par Pierre Mertens et composé de Thomas Gunzig, Michel Lambert, Ariane Le Fort, Isabelle Spaak, Jean-Luc Outers, Jean-Claude Van Troyen (responsable du supplément littéraire Les Livres du Soir ), Daniel Couvreur (chef du service culture du Soir ) ainsi que de deux libraires, Daniela Belcanto (Jette) Tom Cambresier (Huy).

Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain

Avec La Vraie Vie, déjà couvert de prix (le Renaudot des lycéens, le prix Filigranes, le prix du roman Fnac, le prix Première Plume), Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain. Si l’histoire qu’elle nous raconte plonge ses racines dans son imaginaire et sa géographie intime, c’est par l’aspect cinématographique de son récit, empreint de références aux films d’horreur et par exemple aux livres de Stephen King -son maître –, que la primo-romancière marque les esprits. Elle y décrit le cauchemar d’une fille de douze ans consécutif à un traumatisme. Dans La Vraie Vie, comme dans le thriller américain, on assiste au combat féroce, bien que complexe, entre forces du mal et du bien. On y vibre notamment à une traque infernale, celle de la blanche narratrice par une horde de prédateurs sauvages, lancés à sa poursuite sur ordre d’un monstre de cruauté : le père de la jeune fille, figure (et archétype pré-#Metoo) de la barbarie masculine. Et comme dans les thrillers, les épreuves traversées transformeront à jamais la protagoniste, délivrée de ses chasseurs.

Le prix Rossel sera officiellement remis en début de soirée, à Bruxelles, à la Bibliothèque Royale, en présence de la marraine du prix, la comédienne Natacha Régnier.

Jury du prix Rossel
Jury du prix Rossel - Mathieu Golinvaux

Le premier chapitre de la lauréate du Prix Rossel 2018

Découvrez le premier chapitre de la lauréate 2018 du prix Rossel : Adeline Dieudonné pour « La vraie vie ».

XXX

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  2. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  3. La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration.

    La suédoise, hyperactive sur le dossier migratoire

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite