Le prix Rossel est attribué à Adeline Dieudonné pour «La vraie vie»

Dans cet article

L a Vraie Vie, premier roman d’Adeline Dieudonné, remarqué depuis la rentrée littéraire par la critique et le public, s’est vu décerner ce jeudi midi le prix Rossel. Après un long débat animé, le jury l’a préféré aux oeuvres de Sandrine Willems (Devenir oiseau), Etienne Verhasselt (Les pas perdus), Myriam Leroy (Ariane) et Sébastien Ministru (Apprendre à lire).

Le jury du Rossel était présidé par Pierre Mertens et composé de Thomas Gunzig, Michel Lambert, Ariane Le Fort, Isabelle Spaak, Jean-Luc Outers, Jean-Claude Van Troyen (responsable du supplément littéraire Les Livres du Soir ), Daniel Couvreur (chef du service culture du Soir ) ainsi que de deux libraires, Daniela Belcanto (Jette) Tom Cambresier (Huy).

Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain

Avec La Vraie Vie, déjà couvert de prix (le Renaudot des lycéens, le prix Filigranes, le prix du roman Fnac, le prix Première Plume), Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain. Si l’histoire qu’elle nous raconte plonge ses racines dans son imaginaire et sa géographie intime, c’est par l’aspect cinématographique de son récit, empreint de références aux films d’horreur et par exemple aux livres de Stephen King -son maître –, que la primo-romancière marque les esprits. Elle y décrit le cauchemar d’une fille de douze ans consécutif à un traumatisme. Dans La Vraie Vie, comme dans le thriller américain, on assiste au combat féroce, bien que complexe, entre forces du mal et du bien. On y vibre notamment à une traque infernale, celle de la blanche narratrice par une horde de prédateurs sauvages, lancés à sa poursuite sur ordre d’un monstre de cruauté : le père de la jeune fille, figure (et archétype pré-#Metoo) de la barbarie masculine. Et comme dans les thrillers, les épreuves traversées transformeront à jamais la protagoniste, délivrée de ses chasseurs.

Le prix Rossel sera officiellement remis en début de soirée, à Bruxelles, à la Bibliothèque Royale, en présence de la marraine du prix, la comédienne Natacha Régnier.

Jury du prix Rossel
Jury du prix Rossel - Mathieu Golinvaux

Le premier chapitre de la lauréate du Prix Rossel 2018

Découvrez le premier chapitre de la lauréate 2018 du prix Rossel : Adeline Dieudonné pour « La vraie vie ».

XXX

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.

    Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

  2. La princesse Astrid, les ministres et une délégation d’hommes d’affaires ont été reçus jeudi au siège du géant chinois Alibaba, au sommet de la Shanghai Tower.

    Mission économique belge: Alibaba en mode séduction pour les entreprises belges

  3. C’était la dernière journée d’audition avant la trêve, jeudi au Congrès américain. Une série de témoignages ont accablé le président Donald Trump tout au long de la semaine.

    Etats-Unis: la procédure de destitution atteint son «moment Watergate»

La chronique
  • Si tu ne vas pas à Montaigne…

    Et si on me foutait la paix ? » Voilà comment Montaigne a réagi, j’en suis sûr, en apprenant que des experts voulaient fouiller son cercueil et analyser ses restes pour vérifier… Vérifier quoi au juste ? Que sa dépouille est celle du magnifique philosophe humaniste bordelais ? Et après ? Même si c’est lui qui repose dans ce tombeau depuis 1592, la Montaigne accouchera d’une souris. Parce que ça leur apportera quoi au juste aux admirateurs des Essais  ? Croient-ils qu’il se redressera pour ajouter un chapitre inédit plein de cette sagesse dont nous avons bien besoin, il est vrai ?

    Peu d’écrivains ont laissé autant de traces que Montaigne. Les fondements des Lumières, la première place donnée à l’individu, on lit tout ça dans ses Essais. « Chaque homme porte la forme entière, de l’humaine condition ». Une réflexion qui résonne d’une singulière actualité dans le climat de violence, d’intolérance et d’égarement que nous traversons.

    Il faut lire et faire lire ses écrits....

    Lire la suite

  • Décret Paysage: vous avez raison Mme Glatigny, changez-le!

    On sait qu’il ne faut pas se fier aux cas particuliers. Qu’une histoire entendue lors d’une réunion de famille ou à un dîner entre amis ne fait pas une tendance. Mais depuis des mois, les cas isolés commençaient à ressembler à une maladie contagieuse. Certains parents d’étudiants universitaires, à la question « en quelle année est-il ? », semblaient répondre : « Je ne sais pas. » Et à « a-t-il réussi son année ? ». « Oui, peut-être, mais non, enfin pas complètement. »...

    Lire la suite