Le prix Rossel est attribué à Adeline Dieudonné pour «La vraie vie»

Dans cet article

L a Vraie Vie, premier roman d’Adeline Dieudonné, remarqué depuis la rentrée littéraire par la critique et le public, s’est vu décerner ce jeudi midi le prix Rossel. Après un long débat animé, le jury l’a préféré aux oeuvres de Sandrine Willems (Devenir oiseau), Etienne Verhasselt (Les pas perdus), Myriam Leroy (Ariane) et Sébastien Ministru (Apprendre à lire).

Le jury du Rossel était présidé par Pierre Mertens et composé de Thomas Gunzig, Michel Lambert, Ariane Le Fort, Isabelle Spaak, Jean-Luc Outers, Jean-Claude Van Troyen (responsable du supplément littéraire Les Livres du Soir ), Daniel Couvreur (chef du service culture du Soir ) ainsi que de deux libraires, Daniela Belcanto (Jette) Tom Cambresier (Huy).

Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain

Avec La Vraie Vie, déjà couvert de prix (le Renaudot des lycéens, le prix Filigranes, le prix du roman Fnac, le prix Première Plume), Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain. Si l’histoire qu’elle nous raconte plonge ses racines dans son imaginaire et sa géographie intime, c’est par l’aspect cinématographique de son récit, empreint de références aux films d’horreur et par exemple aux livres de Stephen King -son maître –, que la primo-romancière marque les esprits. Elle y décrit le cauchemar d’une fille de douze ans consécutif à un traumatisme. Dans La Vraie Vie, comme dans le thriller américain, on assiste au combat féroce, bien que complexe, entre forces du mal et du bien. On y vibre notamment à une traque infernale, celle de la blanche narratrice par une horde de prédateurs sauvages, lancés à sa poursuite sur ordre d’un monstre de cruauté : le père de la jeune fille, figure (et archétype pré-#Metoo) de la barbarie masculine. Et comme dans les thrillers, les épreuves traversées transformeront à jamais la protagoniste, délivrée de ses chasseurs.

Le prix Rossel sera officiellement remis en début de soirée, à Bruxelles, à la Bibliothèque Royale, en présence de la marraine du prix, la comédienne Natacha Régnier.

Jury du prix Rossel

Le premier chapitre de la lauréate du Prix Rossel 2018

Découvrez le premier chapitre de la lauréate 2018 du prix Rossel : Adeline Dieudonné pour « La vraie vie ».

XXX

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Le combat fait rage entre  partisans et opposants au  métro, annonce d’un marqueur dans la campagne électorale.

    Extension du métro à Bruxelles: seul contre tous, Ecolo doute du projet

  3. En 2018 chaque belge a « consommé » 11 litres d’huile de soja sous la forme  de diesel.

    Les réservoirs belges toujours plus gourmands en huile de soja

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite