Le prix Rossel est attribué à Adeline Dieudonné pour «La vraie vie»

L a Vraie Vie, premier roman d’Adeline Dieudonné, remarqué depuis la rentrée littéraire par la critique et le public, s’est vu décerner ce jeudi midi le prix Rossel. Après un long débat animé, le jury l’a préféré aux oeuvres de Sandrine Willems (Devenir oiseau), Etienne Verhasselt (Les pas perdus), Myriam Leroy (Ariane) et Sébastien Ministru (Apprendre à lire).

Le jury du Rossel était présidé par Pierre Mertens et composé de Thomas Gunzig, Michel Lambert, Ariane Le Fort, Isabelle Spaak, Jean-Luc Outers, Jean-Claude Van Troyen (responsable du supplément littéraire Les Livres du Soir ), Daniel Couvreur (chef du service culture du Soir ) ainsi que de deux libraires, Daniela Belcanto (Jette) Tom Cambresier (Huy).

Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain

Avec La Vraie Vie, déjà couvert de prix (le Renaudot des lycéens, le prix Filigranes, le prix du roman Fnac, le prix Première Plume), Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain. Si l’histoire qu’elle nous raconte plonge ses racines dans son imaginaire et sa géographie intime, c’est par l’aspect cinématographique de son récit, empreint de références aux films d’horreur et par exemple aux livres de Stephen King -son maître –, que la primo-romancière marque les esprits. Elle y décrit le cauchemar d’une fille de douze ans consécutif à un traumatisme. Dans La Vraie Vie, comme dans le thriller américain, on assiste au combat féroce, bien que complexe, entre forces du mal et du bien. On y vibre notamment à une traque infernale, celle de la blanche narratrice par une horde de prédateurs sauvages, lancés à sa poursuite sur ordre d’un monstre de cruauté : le père de la jeune fille, figure (et archétype pré-#Metoo) de la barbarie masculine. Et comme dans les thrillers, les épreuves traversées transformeront à jamais la protagoniste, délivrée de ses chasseurs.

Le prix Rossel sera officiellement remis en début de soirée, à Bruxelles, à la Bibliothèque Royale, en présence de la marraine du prix, la comédienne Natacha Régnier.

Jury du prix Rossel

Le premier chapitre de la lauréate du Prix Rossel 2018

Découvrez le premier chapitre de la lauréate 2018 du prix Rossel : Adeline Dieudonné pour « La vraie vie ».

XXX

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si les gilets jaunes ne se satisfont pas des décisions annoncées par Emmanuel Macron lundi soir, ils repartiront à l’assaut en étant convaincus qu’ils incarnent la volonté générale.

    Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

  2. belgaimage-142946510-full

    Carte blanche: face à la crise gouvernementale, un indispensable vote de confiance

  3. Angela Merkel (à dr.) l’a répété mardi à Theresa May, en visite à Berlin
: il n’y a «
pas de possibilité
» de changer l’accord sur le Brexit.

    Brexit: pourquoi la mini-tournée de Theresa May est totalement vaine

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: y en a encore, je vous en remets?

    La crise politique belge n’en finit plus de continuer, elle est incompréhensible, surréaliste et dangereuse. Ce n’est pas que les citoyens soient en colère, c’est peut-être pire : ils ont décroché, ils ne suivent plus. Ils laissent le paquebot des « gouvernement, demi-gouvernement, gouvernement minoritaire, gouvernement en affaires courantes, gouvernement suédois, gouvernement orange bleue, gouvernement légitime, gouvernement non démocratique… » voguer dans ce monde désormais parallèle, cette bulle qui s’appelle la « ...

    Lire la suite