Le prix Rossel est attribué à Adeline Dieudonné pour «La vraie vie»

Dans cet article

L a Vraie Vie, premier roman d’Adeline Dieudonné, remarqué depuis la rentrée littéraire par la critique et le public, s’est vu décerner ce jeudi midi le prix Rossel. Après un long débat animé, le jury l’a préféré aux oeuvres de Sandrine Willems (Devenir oiseau), Etienne Verhasselt (Les pas perdus), Myriam Leroy (Ariane) et Sébastien Ministru (Apprendre à lire).

Le jury du Rossel était présidé par Pierre Mertens et composé de Thomas Gunzig, Michel Lambert, Ariane Le Fort, Isabelle Spaak, Jean-Luc Outers, Jean-Claude Van Troyen (responsable du supplément littéraire Les Livres du Soir ), Daniel Couvreur (chef du service culture du Soir ) ainsi que de deux libraires, Daniela Belcanto (Jette) Tom Cambresier (Huy).

Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain

Avec La Vraie Vie, déjà couvert de prix (le Renaudot des lycéens, le prix Filigranes, le prix du roman Fnac, le prix Première Plume), Adeline Dieudonné propulse la littérature belge dans les codes du thriller américain. Si l’histoire qu’elle nous raconte plonge ses racines dans son imaginaire et sa géographie intime, c’est par l’aspect cinématographique de son récit, empreint de références aux films d’horreur et par exemple aux livres de Stephen King -son maître –, que la primo-romancière marque les esprits. Elle y décrit le cauchemar d’une fille de douze ans consécutif à un traumatisme. Dans La Vraie Vie, comme dans le thriller américain, on assiste au combat féroce, bien que complexe, entre forces du mal et du bien. On y vibre notamment à une traque infernale, celle de la blanche narratrice par une horde de prédateurs sauvages, lancés à sa poursuite sur ordre d’un monstre de cruauté : le père de la jeune fille, figure (et archétype pré-#Metoo) de la barbarie masculine. Et comme dans les thrillers, les épreuves traversées transformeront à jamais la protagoniste, délivrée de ses chasseurs.

Le prix Rossel sera officiellement remis en début de soirée, à Bruxelles, à la Bibliothèque Royale, en présence de la marraine du prix, la comédienne Natacha Régnier.

Jury du prix Rossel
Jury du prix Rossel - Mathieu Golinvaux

Le premier chapitre de la lauréate du Prix Rossel 2018

Découvrez le premier chapitre de la lauréate 2018 du prix Rossel : Adeline Dieudonné pour « La vraie vie ».

XXX

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite