Accueil Économie Mobilité

Les titres de transport des TEC n’augmenteront pas en 2019

«Il était important de préserver les tarifs afin de défendre l’attrait des transports en commun en tant que solution de mobilité», a expliqué le ministre Carlo Di Antonio.

Temps de lecture: 1 min

Le gouvernement wallon a décidé ce jeudi de n’appliquer aucune hausse de tarifs sur les titres de transport du réseau TEC. «Un gel des tarifs d’autant plus marquant qu’il intervient dans un contexte de croissance générale de l’indice des prix», a souligné le ministre régional des Transports, Carlo Di Antonio (cdH).

«Il était important de préserver les tarifs afin de défendre l’attrait des transports en commun en tant que solution de mobilité. Plus ces transports restent accessibles, plus ils peuvent convaincre de nouveaux usagers tout en conservant la clientèle acquise. Ce constat est d’autant plus parlant en période de hausse générale des prix», a précisé le ministre.

Les tarifs 2019 du groupe TEC, identiques à ceux de cette année, entreront en vigueur le 1er février prochain.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par stals jean, vendredi 7 décembre 2018, 16:30

    Je suis probablement le dernier des béotiens, mais la dernière petite phrases de cet article, m'interpelle quelque peu... Les tarifs des TEC n'augmenteront pas en 2019 nous annonce-t-on Ok jusque la je n'ai pas eu besoin de traducteur...mais néanmoins quand je lis aussi que les tarifs 2019 du groupe TEC entreront en vigueur le 1er février prochain et si le 1er févier prochain c'est février 2019 la je sens comme une entourloupe...

  • Posté par delpierre bernard, vendredi 7 décembre 2018, 12:24

    D'abord , faire circuler des bus à toute heure et dans les coins peu peuplés (obligation de "service public") a aussi pour effet de rendre le service non rentable en termes financiers.Mais il n'empêche que des économies d'échelle sont possibles dans la haute hiérarchie et ailleurs aussi en supprimant les doublons et par une conduite réellement managériale. Le fait d'avoir rassemblé en une seule entité l'assemblage hétéroclite et fort coûteux constitué à la scission de la SNCV est un premier pas (diminution des directeurs et administrateurs) mais on attend la suite...

  • Posté par Rousseau Jean-pierre , jeudi 6 décembre 2018, 18:28

    Les jours de grève n'ont malheureusement pas d'influence sur les tarifs actuellement, si ce n'est éventuellement à la hausse. Les frais de personnel sont des frais fixes, qu'il y ait service ou non. Bref, que le service soit rendu ou non, le patron des TEC responsable du service touchera la même rémunération quels que soient ses résultats et/ou son management. Par contre, il serait plus logique que la direction du TEC soit obligée à fixer ses tarifs en fonction des services rendus. En d'autres termes, le coût de chaque jour de grève devrait être déduit non seulement de la rémunération du patron du TEC mais surtout et y compris du prix du ticket. NB: pour être le patron du TEC, il ne faut pas être manager. Avoir été membre d'un cabinet ministériel suffit.

  • Posté par Poels Jean-pierre, jeudi 6 décembre 2018, 17:09

    Seul le nombre de jours de grève augmentera! ;-)

  • Posté par Rousseau Jean-pierre , jeudi 6 décembre 2018, 16:59

    Ils ne diminueront pas non plus...

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb