La Lettonie rejette le pacte migratoire de l’ONU

Maris Kucinskis ©D.R
Maris Kucinskis ©D.R

La Lettonie a rejeté jeudi le pacte des Nations unies sur les migrations, qui devrait être adopté la semaine prochaine à Marrakech, dans la foulée de plusieurs autres pays européens, ainsi que de l’Australie et des États-Unis. Le Parlement de cet Etat balte a voté contre ce pacte adopté par les Nations unies en juillet après 18 mois de négociations.

Le Premier ministre sortant, Maris Kucinskis, avait promis cette semaine de «se conformer à la décision du Parlement, quel que soit le résultat» du vote. Parmi les députés qui ont voté contre le pacte sur les migrations, Dagmara Beitnere-Le Galla, du Nouveau Parti conservateur, a estimé que ce traité était «très mal préparé pour un document susceptible d’avoir des implications majeures dans le monde entier».

Ces derniers mois, plusieurs pays européens, dont l’Autriche, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, la Bulgarie et la Suisse, ont annoncé qu’ils refusaient de se joindre à ce pacte. L’Australie et Israël ont fait de même. Ces pays craignent que le pacte n’entraîne un afflux incontrôlé de migrants. Washington s’était déjà retiré fin 2017 des travaux sur ce document, affirmant qu’il comprenait des dispositions contraires à la politique d’immigration de Donald Trump.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Malgré un certain volontarisme de Charles Michel, au moment où la coalition des pays les plus ambitieux a tenté de peser de tout son poids sur les négociations de la COP24, la Belgique est restée au balcon.

    COP24: la Belgique continue à naviguer en marge de l’ambition climatique

  2. Les Red Lions constituent une équipe expérimentée qui arrive à maturité. Pour eux, désormais, seule la victoire compte, peu importe le jeu pratiqué. @News

    La médaille d’or, le seul objectif des Red Lions

  3. Tester et comprendre les phénomènes physico-chimiques qu’il y a derrière la cuisine, cela a été au cœur de la démarche de Sang-Hoon Degeimbre.

    Sang-Hoon Degeimbre: «Je n’aurai pas assez d’une vie pour faire toutes les expériences culinaires»

Chroniques
  • «Vous avez de ces mots»: maligne ou maline?

    Les grammairiens s’accordent généralement sur ce point : une tumeur est maligne, et peu maligne est la personne qui l’ignore. Sauf que votre fille est peut-être plus maline que maligne. Si maligne s’applique à une maladie, pour en qualifier les conséquences néfastes, maline n’est pas rare lorsqu’il s’agit d’êtres animés intelligents ou ingénieux.

    Dans l’ancienne langue, la forme maligne, jusque-là valable pour les deux genres, a été refaite sur le modèle des adjectifs en -in , -ine. D’où le masculin malin et le féminin maline, ce dernier étant progressivement évincé dans la langue classique par la forme maligne. Faut-il se priver de la distinction maligne-maline alors qu’elle peut être exploitée à des fins sémantiques ? Ce ne serait pas bien malin…

    Un malin peut en cacher un autre

    « Elle avait...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite