Accueil Belgique Politique

Crise gouvernementale: «C’est la révocation, voilà votre devoir M. le Premier ministre», invective Olivier Maingain à la Chambre

La majorité alternative demande à Charles Michel d'être «plus clair» concernant l'approbation du pacte migratoire.

Temps de lecture: 2 min

Une nouvelle majorité de rechange s’est constituée jeudi en début de soirée pour amender une nouvelle fois la résolution sur le pacte migratoire des Nations Unies. La majorité, sauf la N-VA, les socialistes, les écologistes et le CDH demandent que le pacte soit approuvé. « Nous vous demandons d’être clair M. le Premier ministre. Prononcez les mots suivants : ’La Belgique va approuver le pacte’. Je serais fier si notre pays était clair à 150 % concernant l’approbation du pacte », a plaidé Kristof Calvo (Groen). « Si vous signez le pacte M. le Premier ministre, il n’y aura qu’une issue pour la N-VA : se soumettre – je n’y crois guère -, se démettre – je n’y crois guère -, c’est la révocation, voilà le devoir qui vous attend !  », a, pour sa part, martelé Olivier Maingain.

Après plusieurs heures des débats, le Premier ministre avait pris la parole en fin d’après-midi : « Je vais vous parler avec mes convictions d’homme parce que je considère que des fois, au-delà des jeux de majorité, il faut pouvoir exprimer certaines convictions ». « Les faits sont les faits : il y a un accord pour valider ce pacte. C’est sur cet accord-là que je me suis exprimé en septembre aux Nations Unies au nom de la Belgique pour dire que le pays approuvera le pacte ». « J’ai pris une décision il y a quelques jours, que j’assume (…) : je suis Premier ministre et j’irai à Marrakech.  », a-t-il affirmé devant les députés. « Ma responsabilité, c’est d’assurer la constance. Tout mettre en œuvre pour assurer la crédibilité de la Belgique. Une parole est une parole ». Un discours jugé peu clair par les parlementaires.

Ce jeudi, les députés sont réunis à la Chambre pour se prononcer sur le pacte migratoire. Un pacte global, non contraignant, qui est à l’origine d’une importante crise gouvernementale entre la N-VA et les trois autres partis de la majorité fédérale. Les nationalistes flamands s’opposent fermement à ce texte, malgré les compromis obtenus.

Suivez les discussions à la Chambre en direct :

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Snyders Christophe, vendredi 7 décembre 2018, 10:16

    Pour des motifs électoraux, Michel ne veut pas faire démissionner les ministres N-VA qui pour aussi des motifs électoraux ne veulent pas démisionner. on tourne en rond. Qui est le patron du gouvernement???

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une