Pacte migratoire: «Le gouvernement n’ira pas à Marrakech», répète De Roover après le vote à la Chambre

©PhotoNews
©PhotoNews

L e gouvernement constatera demain qu’il n’y a pas de consensus» sur le pacte de l’ONU sur les migrations, a indiqué jeudi le chef de groupe N-VA Peter De Roover à l’issue d’une séance plénière au cours de laquelle la Chambre a demandé, via une majorité de rechange, au gouvernement d’approuver le pacte. Les débats du jour ont montré qu’il revient au «gouvernement de décider et que cette décision n’a pas été prise», a indiqué M. De Roover. Et donc, «le gouvernement n’ira pas à Marrakech, la Belgique ne sera pas liée par le pacte», a-t-il répété.

Après plusieurs heures des débats à la Chambre, le Premier ministre a affirmé qu’il se rendrait à Marrakech : « J’ai pris une décision il y a quelques jours, que j’assume (…) : je suis Premier ministre et j’irai à Marrakech. ». «Ma responsabilité, c’est d’assurer la constance. Tout mettre en œuvre pour assurer la crédibilité de la Belgique. Une parole est une parole». Un discours jugé peu clair par les parlementaires.

Le vice-Premier ministre CD&V Kris Peeters a souligné que le pacte des migrations ne figurait pas à l’ordre du jour du conseil des ministres de demain/vendredi. «Mais il est possible que quelqu’un mette le point à l’agenda», a-t-il précisé, se référant au vote intervenu jeudi à la Chambre moyennant une majorité alternative.

Revivez les discussions de ce jeudi à la Chambre

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Pacte migratoire
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si les gilets jaunes ne se satisfont pas des décisions annoncées par Emmanuel Macron lundi soir, ils repartiront à l’assaut en étant convaincus qu’ils incarnent la volonté générale.

    Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

  2. belgaimage-142946510-full

    Carte blanche: face à la crise gouvernementale, un indispensable vote de confiance

  3. Angela Merkel (à dr.) l’a répété mardi à Theresa May, en visite à Berlin
: il n’y a «
pas de possibilité
» de changer l’accord sur le Brexit.

    Brexit: pourquoi la mini-tournée de Theresa May est totalement vaine

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: y en a encore, je vous en remets?

    La crise politique belge n’en finit plus de continuer, elle est incompréhensible, surréaliste et dangereuse. Ce n’est pas que les citoyens soient en colère, c’est peut-être pire : ils ont décroché, ils ne suivent plus. Ils laissent le paquebot des « gouvernement, demi-gouvernement, gouvernement minoritaire, gouvernement en affaires courantes, gouvernement suédois, gouvernement orange bleue, gouvernement légitime, gouvernement non démocratique… » voguer dans ce monde désormais parallèle, cette bulle qui s’appelle la « ...

    Lire la suite