Quand une immigrée clandestine fait le ménage… pour Trump

Quand une immigrée clandestine fait le ménage… pour Trump

Une femme immigrée clandestine travaille depuis cinq ans dans le club de golf de Bedminster appartenant au groupe de Donald Trump, pour lequel elle réalisait plusieurs tâches ménagères durant ses séjours réguliers, a-t-elle raconté au New York Times. D’origine guatémaltèque, Victorina Morales a elle-même sollicité le quotidien, pour lequel elle a accepté de témoigner à visage découvert, dans un article publié jeudi.

Mme Morales, qui gagne 13 dollars de l’heure, a déjà fait plusieurs fois le ménage dans la villa que possède Donald Trump dans la résidence. Avec une autre femme, Sandra Diaz, sans-papiers à l’époque où elle travaillait à Bedminster (New Jersey) dans le même groupe qu’elle, Mme Morales affirme que plusieurs autres employés du golf se trouvaient aux Etats-Unis en situation irrégulière.

Arrivée illégalement aux Etats-Unis en 1999, Victorina Morales est entrée au service de la résidence, qui comprend un parcours de golf, après avoir présenté de faux papiers. Lors de son entretien d’embauche, elle assure avoir dit à celle qui allait devenir sa supérieure que ses papiers étaient faux, une confession qui ne l’a pas empêchée de décrocher un emploi.

Quolibets racistes

Cette femme de ménage de 45 ans explique avoir souhaité raconter son histoire en réaction aux propos très durs de Donald Trump sur les migrants, en particulier ceux venus d’Amérique latine, mais aussi aux quolibets racistes d’un supérieur. «  Nous sommes fatigués des abus, des insultes, de la manière dont il parle de nous alors qu’il sait que nous l’aidons à gagner de l’argent », a déclaré Mme Morales au New York Times. «  Nous nous mettons en quatre pour satisfaire tous ces besoins et nous devons supporter qu’il nous humilie ». La femme de ménage exprimait là un point de vue général sur Donald Trump mais explique avoir été traitée avec respect par l’ancien promoteur immobilier, qu’elle décrit comme exigeant mais poli et susceptible de donner de généreux pourboires.

«  Nous avons des dizaines de milliers d’employés dans nos établissements et avons des méthodes de recrutement très strictes », a indiqué à l’AFP une porte-parole de la Trump Organization, le holding de Donald Trump. «  Si un employé a produit de faux documents pour contourner la loi », a-t-elle ajouté, «  il sera immédiatement licencié ». Mme Morales a expliqué qu’elle s’attendait à perdre son emploi dès la publication de l’article.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La nouvelle du vote en commission parlementaire a été accueillie avec satisfaction par les militants pour le climat qui ont quitté leur campement de la place du Trône à Bruxelles.

    Loi climat: la réforme de la Constitution, une victoire à la Pyrrhus?

  2. Skeyes annonce à nouveau un mouvement de grève
: c’est pour ce mercredi à Charleroi entre 8 et 10 heures du matin.

    Grève des contrôleurs du ciel: encore des actions ce mercredi

  3. Raymond Behr, mis à l’honneur par Philippe et Mathilde, à l’occasion de la cérémonie de commémoration au Mémorial de la guerre de Corée.

    Visite d’Etat en Corée: Philippe citoyen d’honneur, Raymond citoyen mis à l’honneur

Chroniques
  • Lettre du Brexit: «Les fantômes et les excentriques font bon ménage»

    Par Marc Roche

    Pour suivre la manifestation du « People’s Vote » en faveur d’un deuxième référendum sur le Brexit, je m’étais posté devant le 10 Downing Street. L’emplacement était bien choisi. Le million de marcheurs du « People’s Vote » (chiffre au pifomètre) qui défilaient entre Hyde Park et Trafalgar square dans une atmosphère joyeuse n’avaient d’yeux que pour la résidence du Premier ministre, symbole par excellence du bourbier actuel.

    Pourtant, le vrai pouvoir par ces temps tourmentés du Brexit n’est plus niché dans la modeste maison de briques au bout d’une petite rue fermée au trafic. L’élégant bâtiment de style géorgien adjacent à « Number Ten » tire dans l’ombre toutes les ficelles du largage des amarres. Seule une plaque discrète à l’entrée indique le mystérieux occupant des lieux : le Cabinet Office.

    Au confluent du « triangle d’or » monarchie-gouvernement-parlement, la haute fonction publique britannique s’enquiert peu des apparences du pouvoir. Exerçant sa mission à l’écart de la lumière des projecteurs, le...

    Lire la suite

  • Climat: Ô Miroir, suis-je du bon côté de l’histoire?

    Ceux qui, dans le monde politique, pensaient que les petits jeunes du climat et tous ceux qui protestent avec eux depuis des semaines allaient faire trois petits tours et puis rentrer à la niche, en sont pour leurs frais. Certains en ont même perdu leur boussole climatique. Ainsi le MR, qui en quelques semaines a cafouillé dans son attitude sur la loi climat et la révision de la constitution. Un ours polaire n’y retrouverait pas ses jeunes…

    La cause de ces changements de cap ? Ne cherchez pas...

    Lire la suite